Installation de Microsoft Exchange Server 2007 Service Pack 1

1.1 Les pré-requis fonctionnels

La première étape à entreprendre avant de mettre en place Exchange Server 2007 Service Pack 1 (SP1) est de s’assurer que votre système serveur respecte les pré-requis nécessaires à l’installation du service serveur de messagerie Exchange :

  • Présence du SP1 pour le Framework 2.0 de .net. Celui-ci peut être téléchargé sur le site Microsoft Download Center.
  • Présence du SP2 pour les environnements Windows Server 2003 R2.
  • Présence de Microsoft PowerShell.

De plus, il vous faut bien sûr les fichiers d’installation du SP1 d’Exchange Server 2007. Pour cela, deux solutions s’offrent à vous :

  • Télécharger le programme d’installation disponible à l’adresse suivante : Microsoft Download Center
  • Obtenir un Media contenant Exchange Server 2007 SP1 (avec RTM et le SP1).

1.2 Cas d’une nouvelle installation

Si vous souhaitez installer directement Exchange Server 2007 SP1 et que vous n’avez aucune version d’Exchange mise en place sur votre organisation, l’installation ne diffère pas de celle d’Exchange Server 2007 dans sa première version.

Si vous êtes dans ce cas de figure, nous vous invitons à consulter l’article du Laboratoire des Technologies Microsoft de Supinfo sur l’installation d’Exchange Server 2007

1.3 Cas de la mise à jour d’un produit Exchange Server 2007

Pour installer le SP1 sur une version d’Exchange Server 2007 préexistante, vous devez lancer le programme d’installation comme pour une nouvelle installation.

La suite se déroule conventionnellement :

  • Sur la page d’introduction, consultez les nouveautés du SP1, puis cliquez sur Next.
  • Acceptez ensuite le contrat de licence d’utilisation, après l’avoir lu, en cliquant simplement sur I accept the therms in the License agreement.
  • Sur la page Readiness, le programme d’installation va tester votre système. Si celui-ci ne respect pas la configuration minimale pour installer le produit, l’installation ne pourra continuer, et vous devrez suivre les indications données pour pouvoir continuer. Une fois ces indications suivies, cliquez sur Retry.
  • Si votre système est correct, vous n’avez plus qu’à cliquer sur Upgrade pour commencer la mise à jour, qui vous amènera à la page Progress.

  • Enfin, la page Completion vous montrera un résumé des rôles installés sur votre système.
  • Terminez l’installation en cliquant sur Finish.

Avertissement : Après avoir mis à jour votre version d’Exchange Server 2007 vers le SP1, vous ne pourrez plus revenir en arrière. La seule façon sera de désinstaller Exchange et de réinstaller la première version d’Exchange Server 2007.

1.4 Cas d’une mise à jour depuis une version antérieur à Exchange Server 2007

Si votre organisation possède avec une version Exchange Server 2003 ou antérieur, vous ne pourrez malheureusement pas mettre à jour votre système vers Exchange Server 2007 ou 2007 SP1. Cela est dû principalement au fait qu’Exchange Server 2007 fonctionne uniquement en version 64 bits à l’état de production, alors que le produit Exchange Server 2003 fonctionnait lui sur une architecture en 32 bits. Il y a donc une incompatibilité entre l’architecture des deux produits.

1.5 Les mises à jour du Schéma Active Directory

Exchange Server 2007 SP1 inclut une mise à jour pour vos domaines et votre schéma. Ce procédé, utilisé pour que les nouvelles fonctionnalités de ce SP1 puissent être implémentées (SCR et Windows Mobile), peut être effectué automatiquement avec l’assistant d’installation du SP1, mais il est préférable, dans de grands environnements, de préparer vos forets et vos domaines manuellement en utilisant les commandes setup.com /PrepareSchema et setup.com /PrepareAD.

Avertissement : Cette mise à jour de l’annuaire doit être effectuée avant le déploiement de vos serveurs, et en prenant en compte le temps de réplication des modifications dans Active Directory.

setup.com /PrepareSchema :

  • Cette première commande permet d’ajouter toutes les nouvelles classes et attributs nécessaires pour Exchange Server 2007 (pour des raisons de performances, lancez la commande directement sur le contrôleur de schéma).

setup.com /PrepareAD /OrganizationName :

  • Cette commande, à effectuer après la commande setup.com /PrepareSchema, permet de créer l’organisation Exchange stockant les paramètres dans la partition Configuration d’Active Directory, puis prépare le domaine en créant une unité d’organisation contenant les groupes universels de sécurité nécessaires au fonctionnement d’Exchange.

Note : Si /PrepareSchema n’a pas été exécuté avant de lancer /PrepareAD, celle-ci sera lancée automatiquement.

Généralités sur les nouveautés apportées par le Service Pack 1

2.1 Le support de Microsoft Windows Server 2008

L’installation d’Exchange Server 2007 SP1 sur Windows Server 2008 est désormais pleinement supportée. Ceci est notamment dû au fait qu’Exchange supporte désormais le service serveur Internet Information Services 7 (IIS7).

2.2 Le support de l’IPv6

Le protocole IPv6 est désormais supporté par Exchange Server 2007 SP1, pour rappel, ce protocole est supporté par Windows Server 2003, 2008, Windows XP et Vista. Cependant, il faut noter que le protocole IPv6 n’est supporté par Windows Server 2008 que si le protocole IPv4 est activé en parallèle.

2.3 Outils d’administration compatibles avec Microsoft Windows Vista

La console d’administration d’Exchange Server 2007 SP1 est désormais compatible avec Windows Vista.

2.4 Les améliorations portées à Outlook Web Access (OWA)

  • Outlook Web Access Light :

L’activité de l’utilisateur sera désormais contrôlée afin d’éviter les déconnexions intempestives dues à des Timeouts durant la composition d’un long message ou tout autre type d’entrée.

Lors de la fermeture d’une session résultante d’un Timeout, si un message était en cours de composition, celui-ci sera automatiquement sauvegardé dans le dossier “Brouillons”.

  • Outlook Web Access Premium :

Les utilisateurs ont la possibilité de créer et de modifier des listes de distribution personnelles ainsi que de créer et de modifier des règles de boîte aux lettres.

WebReady Document Viewing, la fonctionnalité permettant de convertir un document en HTML, afin de pouvoir le visionner directement dans Outlook Web Access (OWA), est désormais capable de convertir les documents de type docx, xslx et pptx.

WebReady Document Viewing

Avec le SP1 d’Exchange Server 2007, les utilisateurs ont la possibilité d’accéder à une corbeille et d’utiliser une nouvelle fonctionnalité nommée Récupération d’éléments supprimés. Par défaut la durée de rétention des messages supprimés est de 14 jours, ce paramètres est modifiables via Exchange Management Shell (EMS) ou Exchange Management Console (EMC).

  • Ajout d’une vue mensuelle au calendrier :

  • Les commandes copier et déplacer un dossier ont été ajoutées au menu contextuel du clic droit :

  • Ajout du support de S/MIME :

Il est possible d’utiliser la page “Options” pour Installer/Désinstaller/Configurer les paramètres S/MIME.

Il est à noter un retour très attendu des dossiers publics avec notamment :

  • L’ajout d’une section “Dossiers publics” :

  • L’accès complet aux dossiers publics via Outlook Web Access sans être obligé de conserver un server de boîte aux lettres Exchange Server 2003.
  • L’ajout d’une fonction de recherche dans les dossiers publics.
  • Le support des Web Parts.

2.5 Les améliorations relatives à la Messagerie Unifiée

  • Support Office Communicator 2007 et Office Communications Server 2007
    • Afin d’offrir une compatibilité accrue avec Office Communicator Server 2007, Exchange supporte maintenant les systèmes d’adressage de type SIP URI et E.164.
    • Logique plus efficace de résolution de numéros internes.
    • Notification de transfert d’appel lorsqu’un utilisateur laisse un message vocal sur une destination utilisant le transfert d’appel, ainsi l’appelant est notifié par le serveur de messagerie unifiée de la personne à qui il a laissé le message.
    • Support du codec audio à haute fidélité RTAudio.
    • Possibilité d’accéder à Outlook Voice Access depuis office Communicator 2007 sans entrer de code PIN.
    • Les flux multimédias sont désormais capables de traverser un ou plusieurs Firewalls.
    • Les clients Office Communicator 2007 peuvent associer des priorités et des sujets aux messages vocaux, ainsi le serveur de messagerie unifiée pourra relayer le sujet et la priorité du message vocal dans le mail de notification. Si une communication est initiée grâce au mail de notification l’appelé recevra les informations de sujet et de priorité dans un mail de notification s’il manque l’appel.
    • Ajout de la possibilité de ne pas soumettre les appels passés via Office Communicator 2007 aux règles de transfert d’appel.
    • Intégration des messages électroniques de notification d’appel en absence et de notification de messagerie vocale dans Office Communicator 2007.

  • Le serveur de messagerie unifiée est désormais capable de détecter une tonalité émise par un fax, cette fonctionnalité s’avère utile dans les environnements où il n’y a pas d’IP PBX ou de passerelle IP ou alors si aucun de ces éléments n’est capable de détecter une tonalité émise par un fax.
  • Possibilité d’ajouter des adresses SIP et E.164 par l’assistant de messagerie unifiée.
  • Support du protocole de transport SRTP.
  • Configuration de TLS possible via Exchange Management Console.
  • QoS grâce au protocole DiffServ (Differentiated Services), DiffServ est un protocole définissant la priorité du trafic au niveau de la couche 3 du modèle OSI. Ce protocole est fourni sur Windows Server 2003 par le composant Quality of Service Packet Scheduler qu’il sera nécessaire d’installer, alors qu’il est présent par défaut sur les environnements Windows Server 2008.

Les modifications apportées au Transport des messages

3.1 Back Pressure amélioré

Cette fonctionnalité d’Exchange permet aux serveurs Edge et Transport HUB de pouvoir faire face à une hausse de l’utilisation des ressources, il existe trois modes (normal, medium, et high). Il est vivement déconseillé de désactiver cette fonctionnalité bien que vous ne devriez jamais avoir à faire à ce mode si vos serveurs sont correctement dimensionnés. Avec le SP1, l’espace disque requis pour ce mode passe de 4 Go à 500 Mo. Ce système interdit toute nouvelle connexion entrante et bloque tous les messages externes afin de traiter les données déjà présentes sur le ou les serveurs. Quand le taux de ressources utilisés diminue en dessous du seuil configuré, tout revient à la normal.

3.2 La priorité des messages

Quand vous envoyez un message avec tag de priorité haute, cela ne sert pas seulement à avertir le destinataire de l’importance du message. En effet sur Exchange Server 2007 un catégoriseur assure un traitement plus rapide et un envoi en priorité de tous les messages ayant reçu de la part d’un utilisateur Outlook une priorité haute.

Il existe trois niveaux de priorité lors de l’envoi d’un message (low, normal, high importance), c’est le dernier niveau qui sera bien évidement traité en priorité par le serveur, la priorité par défaut étant d’importance normal.

Il faut savoir que suivant la destination des messages, des files d’attente sont crées dynamiquement, tous les messages ayant la même destination sont placés dans une seule et unique file d’attente. C’est dans cette file que sont traitées les priorités des messages, ils sont envoyés par ordre d’importance de high à low, un message en normal importance ne sera pas envoyé tant qu’il restera un message en high importance présent dans la file.

Cette gestion des priorités est un paramètre que vous pouvez activer sur le serveur de transport HUB, par défaut, il est désactivé. Pour passer ce paramètre à “true” (vrai), vous devez modifiez la valeur de PriorityQueuingEnabled dans le fichier EdgeTransport.exe.config.

Extrait du fichier EdgeTransport.exe.config

Il est nécessaire que le rôle Edge d’Exchange soit installé pour avoir accès à ce paramètre.

3.3. L’agent RMS

L’agent RMS (Right Management Services) est installé par défaut sur le serveur ayant le rôle Transport HUB.

On peut activer ou désactiver l’agent RMS via EMS, grâce aux commandes Enable-TransportAgent “AD RMS Prelicensing Agent” et Disable-TransportAgent “AD RMS Prelicensing Agent”. Il faudra cependant redémarrer le service MSExchangeTransport afin que les modifications puissent être prises en compte.

3.4 Les règles de Transport applicables à la Messagerie Unifiée

Les règles de transport dans Exchange Server 2007 SP1 sont maintenant applicables aux objets de la messagerie unifiée tel que les appels manqués, la messagerie vocale, fax et autres notifications.

Les nouveaux outils de Gestion

4.1 La gestion des périphériques mobiles

Dans le SP1 d’Exchange Server 2007, plusieurs améliorations sont apportées à ActiveSync, avec notamment l’ajout d’une stratégie de boite aux lettres par défaut. Des améliorations ont été aussi apportées au protocole Direct Push, permettant de réduire le volume de données échangé entre les clients ActiveSync et le serveur.

4.1.1 Les stratégies ActiveSync étendues

Quand le rôle Client Access Server (CAS) est installé sur un serveur exécutant Exchange Server 2007 SP1, une stratégie par défaut est créée. Les utilisateurs ActiveSync qui n’ont pas de stratégies appliquées héritent automatiquement de celle-ci, aucune manipulation n’est nécessaire. Vous pouvez bien entendu désigner une autre stratégie comme stratégie par défaut.

De nouveau paramètre de stratégie sont disponibles pour ActiveSync avec le SP1 d’Exchange, voici les plus importantes :

#Désactivation du stockage amovible #Désactivation de la caméra#Désactivation du Wifi #Désactivation POP/IMAP4 e-mail#Bloc de partage internet

4.1.2 L’effacement d’un périphérique (notifications, confirmations)

Exchange Server 2007 SP1 permet à un administrateur de supprimer un périphérique via Exchange Management Console (EMC) ou via Exchange Management Shell (EMS). L’utilisateur peut également envoyer une commande de suppression de son périphérique via Outlook Web Access, cette commande supprime toutes les données de l’utilisateur sur le périphérique mobile. Elle peut s’avérer utile, entre autre, en cas de perte ou de vol de ce dernier. Cette manipulation se révèle très utile aussi en cas de réaffectations du périphérique mobile (départ d’un employé, remplacé par un autre). Dans Exchange Server 2007 SP1, l’émetteur de la requête de suppression reçoit un message de notification lorsque que la suppression est effective, si l’utilisateur a fait la demande via Outlook Web Access, il reçoit un e-mail de confirmation. Si c’est au contraire l’administrateur qui est à l’origine de la demande, ce dernier ainsi que l’utilisateur recevront tout deux le message de confirmation.

4.2 La gestion des dossiers publics

4.2.1 Depuis EMC ou EMS

Avant l’arrivée du SP1, la gestion des dossiers publics par les administrateurs se faisaient uniquement via EMS, il est dorénavant possible des les administrer via la EMC.

Gestion des Dossiers Publics via Exchange Management Console

Pour ajouter un dossier public à la racine via EMS, il suffit d’utiliser la commande New-PublicFolder –Name “Test Public Folder”

Création d’un Dossier Public via Exchange Management Shell

EMS vous permet de paramétrer les droits administratifs sur les dossiers publics. Il est alors nécessaire d’utiliser la commande Add-ExchangeAdministrator pour ajouter un administrateur ou encore d’utiliser EMS. Pour paramétrer des droits spécifiques sur les dossiers publics, il faut utiliser la commande Add-PublicFolderAdministratorPermission via EMS, cela peut également se réaliser via EMC.

4.2.2 Le principe du Referral

On peut créer et maintenir des listes de réplication de dossiers publics depuis EMC, l’onglet se situe dans la boite de dialogue des propriétés de la base de données des dossiers publics.

La gestion des couts de redirections peut-être basée sur Active Directory avec le Service Pack 1.

4.2.3 La segmentation des accès

La segmentation des accès permet désormais de restreindre la fonctionnalité liée aux Dossiers Publics via OWA pour les utilisateurs. L’onglet de segmentation se trouve dans la boite de dialogue des propriétés du dossier OWA.

Segmentation des accès pour les Dossiers Publics

Exchange Server 2007 SP1 et la Haute Disponibilité

Microsoft Exchange Server 2007 apportait déjà, par rapport à ses versions antérieures, de grandes avancées sur les méthodes liées à la Haute Disponibilité. Microsoft, par son Service Pack 1, répond encore plus à cette demande, de plus en plus croissante sur les systèmes d’information, où les systèmes de messagerie électronique deviennent prépondérants et indispensables. Pour une organisation, il serait dorénavant inconcevable d’envisager une quelconque perte de données, ni même une interruption de ces services.

Afin de perfectionner les principes de Haute Disponibilité existant sous Exchange Server 2007, le Service Pack 1 apporte une nouvelle fonctionnalité qui permet de dissocier la disponibilité des données, de la résilience de sites (ou continuité de services) que cette partie de l’article tentera de développer au mieux.

5.1 Un nouveau principe pour la Haute Disponibilité : La SCR

La SCR (Standby Continuous Replication) est une nouvelle fonctionnalité apportée par le Service Pack 1 et va permettre de mettre en œuvre, dans une organisation, un système de Réplication Continue de Secours.

Ce système est une évolution des principes de Haute Disponibilité déjà existants sous Exchange Server 2007 ( LCR, SCC, CCR ) qui met à disposition un système basé sur des sources et des cibles, qu’un administrateur pourra, à tout moment, manuellement substituer en cas de défaillance majeur d’un système principal.

C’est un véritable complément de Haute Disponibilité que nous apporte le Service Pack 1 par la SCR, puisqu’elle pourra être couplée, au besoin de l’organisation, aux systèmes de Haute Disponibilité déjà préexistants.

5.1.1 Le principe de fonctionnement

Tout comme pour les systèmes de LCR et de CCR, la SCR se base sur un principe de copies actives et passives, où les termes sources et cibles seront conventionnellement utilisés.

La source de données d’un système de SCR pourra être différente et recevoir n’importe lequel de ces groupes de stockage :

  • Un rôle de Boite aux Lettres Autonomes.
  • Un Clustering de Boite aux Lettres dans un Cluster à Copie Unique (SCC).
  • Un Clustering de Boite aux Lettres dans un Cluster à Réplication Continue (CCR).

Il en sera de même quant aux cibles qui pourront être basées sur différentes configurations :

  • Un rôle de serveur de Boite aux Lettres Autonome sans LCR activé sur les groupes de stockage.
  • Sur un rôle de Boite aux Lettres présent sur un nœud passif d’un Cluster à Basculement.

Informations :

  • Les groupes de stockage de réplication ne s’appliquent pas à la SCR.
  • Les groupes de stockage SCR ne peuvent pas contenir plus d’une base de données.
  • Dans tous les cas, une cible SCR doit impérativement posséder un rôle de serveur de Boite aux Lettres.
  • Il est possible d’associer à une source une quantité illimitée de cibles, bien que le nombre conseillé soit de quatre par source.
  • De même, une cible peut posséder plusieurs sources distinctes.
  • Les sources et cibles doivent impérativement être équipées du Service Pack 1.
  • Les chemins d’installation du produit Exchange doivent être identiques sur l’ensemble des systèmes visés par la SCR.
  • Vous ne pouvez effectuer des sauvegardes SCR que sur les systèmes sources.

De prime abord, la SCR pourrait être assimilée à la LCR ou encore la CCR, mais celle-ci possède des caractéristiques qui lui sont propres et qui sont dénombrées ci-dessous :

  • Alors que la LCR et la CCR prennent en charge une seule cible de réplication par groupe de stockage, la SCR est capable d’en assimiler plusieurs.
  • Un administrateur système pourra définir un délai de relecture de la base de données active, de manière à prévenir une corruption de données logiques sur la source et ainsi permettre qu’elle ne se réplique pas immédiatement sur les cibles SCR.
  • La gestion de la SCR se fait uniquement depuis le Management Shell d’Exchange.

5.1.2 De nouveaux scénarios possibles

Utilisation de la SCR avec des systèmes autonomes

Ce premier scenario montre l’utilisation de la SCR sur un système autonome. La SCR permet la réplication de plusieurs groupes de stockage d’un dispositif serveur à un autre. Si une défaillance se présente, il sera alors possible d’effectuer une récupération des données grâce à la portabilité de la base de données, ou encore grâce à la commande setup.com /RecoverServer

Cas d’utilisation des fonctionnalités SCR et CCR

Dans cet exemple, il y a utilisation de la technologie CCR sur un premier site physique, alors que sur le deuxième, se trouve un cluster de secours. Si un problème se présente sur la source, il devient alors possible de précéder à la récupération des groupes de stockage présents sur la cible à l’aide de la commande setup.com /RecoverCMS. Il est également possible, comme dans le premier exemple, de ne récupérer qu’un groupe de stockage spécifique et, pour se faire, il sera alors nécessaire d’utiliser les principes de portabilité de la base de données. Voici donc un cas concret où le fait de combiner les solutions de la CCR et de la SCR, permet de séparer physiquement la disponibilité des données et la continuité de services sur deux systèmes distincts.

Cas d’utilisation de CCR avec des cibles multiples SCR

Ce principe d’utilisation montre qu’il est également possible, pour la réplication continue de secours, d’effectuer une réplication avec plusieurs cibles, situées sur des sites physiques distants. Dans le cas d’une utilisation de sources CCR multiples, l’utilisation de la commande setup.com /RecoverCMS ne vous sera pas permise, seule la portabilité de la base de données restera effective.

Cas d’utilisation des fonctionnalités SCR et SCC

Il est bien évidement également possible d’utiliser la réplication continue de secours avec la mise en cluster à copie unique. De la même manière que vu précédemment, le groupe de stockage est répliqué vers l’ensemble des cibles SCR. L’utilisation de la commande setup.com /RecoverCMS est disponible pour vous permettre de récupérer les groupes de stockage des cibles.

Pour résumer, on peut se rendre compte que la technologie SCR, couplée avec des serveurs autonomes, en cluster à réplication continue, ou encore en cluster à copie unique, permet de séparer les aspects de la disponibilité des données et des services avec la continuité des services. Plus concrètement, alors que la CCR créée des réplications continues de groupes de stockage et que la SCC permet l’utilisation de groupes de stockage à de multiples cibles, la SCR permet de répliquer, à distance et dans un deuxième centre de données, ces informations.

Rappels pour l’activation des cibles en cas de défaillance de la source :

  • Utilisation de la portabilité de la base de données
  • Utilisation de la commande setup.com /RecoverServer dans le cas d’un serveur autonome.
  • Utilisation de la commande setup.com /RecoverCMS dans le cas d’un serveur en cluster.

5.1.3 Mise en œuvre de la SCR

Pour permettre la mise en œuvre de la fonctionnalité SCR, le Service Pack 1 apporte des modifications aux cmdlet du Management Shell d’Exchange. Entres autres, on voit apparaitre le paramètre StandbyMachine à plusieurs commandes, qui permet de spécifier le nom d’un serveur cible pour une SCR. Les commandes qui s’en trouvent affectées sont les suivantes :

  • Suspend-StorageGroupCopy
  • Resume-StorageGroupCopy
  • Update-StorageGroupCopy
  • Restore-StorageGroupCopy
  • Get-StorageGroup
  • Get-StorageGroupCopyStatus

L’activation de la SCR sur un système se réalise par le biais de la commande Enable-StorageGroupCopy. L’exemple ci-dessous présente une mise en œuvre de la solution SCR sur des serveurs de boites aux lettres autonomes.

Comme présenté précédemment, pour que la SCR puisse répliquer les fichiers journaux des transactions, il est nécessaire que cela se fasse sur un groupe de stockage (noté GS sur le schéma) avec une seule base de données (MBX.edb). Les groupes de stockage GSp serviront uniquement pour effectuer des opérations de portabilité de la base de données.

L’activation de la SCR passe par la commande :Enable-StorageGroupCopy SOURCE\GS -StandbyMachine CIBLE

Il vous est ensuite possible, à tout moment, de vérifier le lien SCR entre les deux machines grâce à la commande :Get-StorageGroupCopyStatus SOURCE\GS -StandbyMachine CIBLE

En cas d’erreur critique sur la base de données de la source, vous aurez la possibilité d’activer manuellement la base de données située sur la cible SCR. Pour ce faire, il est au préalable nécessaire de démonter la base de données située sur la source.Dismount-Database SOURCE\GS\MBX.edb

Ensuite, il faut indiquer que la base de données de la cible SCR est opérationnelle et qu’il est possible de la monter. Pour ce faire :Restore-StorageGroupCopy SOURCE\GS -StandbyMachine CIBLE

Dans certain cas, il est nécessaire d’ajouter à cette commande le paramètre Force, si et seulement si les fichiers journaux du groupe de stockage ne sont plus disponibles sur la source.

Vous devez vous assurer, après l’exécution de la commande Restore-StorageGroupCopy, que la base de données de la cible SCR soit arrêtée correctement et sans erreur. Si tel n’est pas le cas, reportez-vous à l’utilisation de l’utilitaire Eseutil.

L’opération suivante est celle qui va permettre de modifier la configuration Active Directory pour qu’elle reçoive les nouveaux paramètres d’accès aux fichiers de groupe de stockage et de la base de données.

Move-StorageGroupPath CIBLE\GSp -SystemFolderPath C:\EXCH\GS -LogFolderPath C:\EXCH\GS -ConfigurationOnly Move-DatabasePath CIBLE\GSp\MBXp -EdbFilePath C:\EXCH\GS\MBXp.ebd -ConfigurationOnly

Puis, MBXp étant une base de données temporaire, il est nécessaire de préciser au système qu’elle peut être écrasée par une restauration. Vous pouvez utiliser le Management Shell ou utiliser la commande suivante :Set-MailboxDatabase CIBLE\SGp\MBXp -AllowFileRestore:$true

Ensuite, vous pouvez monter votre nouvelle base de données.Mount-Database CIBLE\SGp\MBXp

L’étape finale consistera à rapatrier les boites aux lettres utilisateurs de la source vers la cible en utilisant la commande suivante :Get-Mailbox -Database SOURCE\GS\MBX | where {$_.ObjectClass -NotMatch ‘(SystemAttendantMailbox| ExOleDbSystemMailbox)’}|?Move-Mailbox?-ConfigurationOnly -TargetDatabase CIBLE\GSp\MBXp

Cette modification, avant qu’elle soit rendue disponible pour les clients (donc véritablement opérationnelle) dépend du temps de latence qu’il existe entre la réplication de l’ensemble de vos services Active Directory.

Lorsque vos clients accéderont à nouveau à leur boite aux lettres, il vous sera alors possible d’envisager de passer l’ancienne source à cible. Pour cela, il est nécessaire de supprimer son groupe de stockage GS, sa base de données MBX et leurs fichiers relatifs, puis d’activer à nouveau la SCR dans le sens inverse.

Pour combiner la réplication continue de secours (SCR) à un cluster à réplication continue (CCR), ou encore à un cluster en copie unique (SCC), vous pouvez vous aider de l’article suivant, consacré à la mise en œuvre des services de clustering sous environnement Windows Server (/articles/cluster-mscs-exchange-2003/) et de procéder ensuite, conventionnellement, à l’installation des rôles de clustering Exchange Server 2007 SP1 en fonction de la configuration que vous souhaitez.

5.2 Les autres avancées en termes de Haute disponibilité

Le Service Pack 1 du produit Exchange Server 2007, apporte également quelques autres améliorations, plus ou moins significatives.

5.2.1 Network Load Balancing

Il vous sera désormais possible d’effectuer des opérations d’équilibrage de charge (NLB : Network Load Balancing) sur vos serveurs hébergeant les rôles Hub Transport d’Exchange, afin d’améliorer encore plus les capacités de Haute Disponibilité du produit. Pour information, le principe de NLB était déjà rendu possible depuis la version RTM d’Exchange Server 2007 pour le rôle Client Access.

5.2.2 Transport Dumpster

Parallèlement, toujours pour la fonctionnalité Transport du produit Exchange Server 2007, le SP1 améliore les fonctionnalités liées aux Dumpsters, qui les rendent disponibles pour la réplication locale en continue (LCR). Il sera également possible d’effectuer des statistiques sur l’état de ces Dumpsters pour chaque groupe de stockage. Le principe des Dumpsters des rôles Hub Transport permet de mémoriser un espace de messages récemment délivrés, de manière à ce que lorsqu’un basculement se présente dans une solution de clustering, la fonctionnalité CCR, et maintenant LCR avec le Service Pack 1, puisse interroger l’ensemble des services de Transport Hub de l’organisation afin de récupérer le contenu des Dumpsters. Puis, grâce à des comparaisons avec la banque d’informations Exchange, les doublons seront supprimés et les messages perdus réintégrés puis redistribués.

Cette fonctionnalité est de base activée, mais il est conseillé de la configurer au besoin de votre organisation. Pour cela, vous pouvez soit utiliser EMC ou exécuter la commande suivante :Set-TransportConfig -MaxDumpsterSizePerStorageGroup

-MaxDumpsterTime

Pour la valeur size il est conseillé d’allouer 1,5 fois la taille maximale que peuvent prendre vos messages. Ainsi, si vous avez fixé une limite de 15MB par courriel, le paramètre MaxDumpsterSizePerStorageGroup devrait recevoir 22,5MB

Pour la valeur timespan, le paramètre MaxDumpsterTime attend une durée de rétention des messages mémorisés sous la forme dd.HH:MM:SS Par exemple, si vous désirez garder dix jours la file des messages mémorisés, il vous faudra saisir 10.00:00:00

En conclusion pour cette partie, nous pouvons constater que Microsoft montre véritablement sa volonté à faire de l’un de ses produits phare, un système de plus en plus sûr, tout en permettant de garantir à une organisation une très grande fiabilité.

Le Service Pack 1 d’Exchange Server 2007 apporte également quelques modifications au produit en vue de son intégration futur sur des systèmes Windows Server 2008, notamment avec le support de nouvelles fonctionnalités liées à la Haute Disponibilité comme le support de l’IPv6, mais encore le support du protocole DHCP pour l’IPv4.

Avec Windows Server 2008 et Exchange Server 2007 SP1, il est à noter que les fonctionnalités de CCR et de SCC pourront fonctionner sur des environnements à plusieurs sous-réseaux et que le modèle de Quorum des services de clustering sera remanié, afin, entres autres, d’éviter les problèmes liés au spliting (séparation de Cluster).

gestion des boites aux lettres

6.1 L’importation et l’exportation en fichier .pst

Avec le Service Pack 1 d’Exchange Server 2007, l’importation et l’exportation de fichier .pst pour gérer les données des boites aux lettres est désormais possible. Pour cela, deux cmdlets sont mises à votre disposition :

Export-Mailbox, qui vous permet d’exporter les données de boîte aux lettres directement dans un fichier .pst.Get-Mailbox | Export-Mailbox –PSTFolderPath

Et Import-Mailbox qui vous permet d’importer des données de boîte aux lettres à partir d’un fichier .pst vers une boîte aux lettres.Get-Mailbox | Import-Mailbox –PSTFolderPath

.pst files to import>

6.2 La création en bloc d’utilisateurs

Grâce à Exchange Server 2007 SP1 vous pouvez enfin créer des boites aux lettres en bloc pour les comptes d’utilisateurs existants, ce qui facilite grandement le travail des administrateurs. Pour cela, il vous suffit d’aller dans l’Assistant Nouvelle boîte aux lettres et sélectionner plusieurs comptes d’utilisateur lors de la création de boîtes aux lettres pour des comptes d’utilisateur existants.

6.3 La validation des destinataires

Dans le cas d’une utilisation de Microsoft Identity Integration Server 2003 pour synchroniser vos listes d’adresses globales, vous devrez avec Exchange Server 2007 SP1 utiliser la cmdlet Update-Recipient afin de terminer la configuration des destinations créés via GALSync de MIIS 2003.

Conclusion

Cet article démontre combien les améliorations apportées à Exchange Server 2007 sont importantes : administration des dossiers publics via la console EMC, amélioration des fonctions de haute disponibilité, intégration avec Office Communication Server… Celles-ci vont faciliter l’administration des serveurs au quotidien, apporter des fonctionnalités supplémentaires aux utilisateurs et fournir aux administrateurs des mécanismes fiables et performants de haute disponibilité.