Problématique

Les entreprises font face aujourd’hui au problème visant à trouver des solutions permettant de rendre des applications parfois âgées compatibles avec le nouveau système d’exploitation de Microsoft. Ce constat fait malheureusement état de deux échecs : Microsoft n’a pu su convaincre les entreprises avec Windows Vista. Ceci a engendré un état d’inertie pour une majorité d’entreprises qui n’ont pas su être pro actif dans les problématiques de mise en compatibilité d’applications. Dix ans après la sortie de Windows XP, les entreprises doivent donc faire face à un casse-tête visant à migrer des applicatifs métiers ayant pu couter parfois des sommes pharaoniques à développer.

Microsoft répond à ces problématiques par le biais de différents outils plus ou moins dédiés à ces problèmes de compatibilité :

  • Application Compatibility Toolkit (ACT) est un outil gratuit permettant d’appliquer des correctifs (shims) sur des applications afin d’influencer leurs comportements sur un nouveau système d’exploitation. Les shims répondent souvent à des questions/messages envoyés par l’application au système d’exploitation. Beaucoup d’applications ont été construites avec une vérification au lancement que l’utilisateur est bien administrateur de sa machine. Si l’application reçoit la réponse NON à cette question ; une erreur est renvoyée. Les shims peuvent permettre de « mentir » à l’application en renvoyant le bon message d’état. Ceci ne garantira pas le fonctionnement de l’application par la suite mais permettra au moins de passer cette première barrière. L’étude et le temps nécessaire à la mise en compatibilité avec ACT est souvent long sans pour autant garantir un fonctionnement parfait.
  • Windows XP Mode (XPM) est arrivé avec la sortie de Windows 7. Cet outil est le petit frère de MED-V 1.0. Tout comme MED-V, il permet de mettre en place une machine virtuelle sur le nouveau système d’exploitation afin d’autoriser l’utilisation des applications non compatibles avec Windows 7. L’utilisation des applications s’opère de manière transparente via un déport d’affichage de l’interface graphique sur le nouveau système d’exploitation. Cette solution est lourde à mettre en œuvre car il n’y a pas de gestion centralisée.
  • Microsoft Enterprise Desktop Virtualization (MED-V) est issu du rachat de Kidaro par Microsoft. Il est arrivé dans Microsoft Desktop Optimization Pack avec la sortie de Windows Vista et le constat de Microsoft qu’il pourrait être difficile pour certaines entreprises de migrer vers ce nouveau système. Il permet de déployer sur chaque poste de travail : un espace de travail. Celui-ci contient une machine virtuelle avec l’ensemble des stratégies et configurations nécessaires. Les applications sont publiées à l’utilisateur et exécutées au travers de l’environnement virtuel. L’utilisateur ne voit aucune différence puisque l’affichage est déporté sur le système d’exploitation parent. Cette solution est lourde à mettre en œuvre. Elle nécessite des postes clients puissants. Le principal inconvénient est qu’elle double le nombre de systèmes à administrer (mises à jour …).
  • Applications Virtualization (App-V) est une solution de virtualisation d’applications. Officiellement ce produit n’assure pas la compatibilité des applications entre système d’exploitation. Néanmoins celui-ci peut permettre de résoudre certains problèmes notamment si les applications utilisent une version spécifique des DLLs non disponibles sur le nouveau système d’exploitation.
  • P2V Migration for Software Assurance : Ceci n’est pas véritablement un produit mais un outil. Il reprend plusieurs mécanismes fournis par Microsoft. Cette solution revient à migrer une machine tout en assurant une procédure de conversion en mode Physique à Virtuelle (P2V) du système d’exploitation d’origine. Virtual PC (au travers de la technologie Windows XP Mode) virtualise ensuite le système d’exploitation d’origine. Les applications sont publiées au travers du menu démarrer du nouveau système d’exploitation. Cet outil s’utilise conjointement avec Microsoft Deployment Toolkit (gratuit) ou System Center Configuration Manager 2007 pour fournir la solution de déploiement/migration nécessaire.

Chaque entreprise doit peser le pour et le contre des solutions et mettre en œuvre la solution qui collera le mieux aux applications impliquées. En ce qui concerne P2V Migration for Software Assurance, Microsoft utilise la formule suivante : « Pas pour tous les ordinateurs, mais pour toutes les entreprises ». Ceci implique que P2V Migration for SA n’a pas pour but d’être massivement utilisé en entreprise.

Cette solution s’applique quand :

  • l’entreprise ne peut pas corriger ou acheter une application similaire et native à Windows 7,
  • une image standardisée Virtual PC (MED-V, XPM…) ne suffit pas au scénario
  • un utilisateur dispose d’un poste spécialisé à sa fonction avec un certain nombre d’applications qui ne sont pas utilisées dans le reste de l’entreprise

Cette solution doit être utilisée avec parcimonie et pour des cas bien précis.

La problématique de Microsoft avec ces solutions (notamment avec P2V Migration for Software Assurance) est que les entreprises peuvent être plus lentes à remplacer les applications avec de nouvelles applications natives à Windows 7. Ceci est un pari sur l’avenir et les entreprises sont souvent perdantes sur ce genre de décisions.

Passer à l’historique

Historique

Notez que les faits suivants peuvent être romancés pour combler les informations manquantes.

Commençons cet article avec un peu d’histoire. Tout débute avec Jeremy Chapman (Product Manager Windows Client) en octobre 2009; Microsoft propose un certain nombre d’outil :

  • Microsoft Deployment Toolkit
  • Les outils Sysinternals Disk2VHD
  • Virtual PC avec intégration d’un Shell
  • Le correctif RemoteApp pour Windows XP SP3 et plus
  • Le développement pour le correctif pour la virtualisation assistée par matériel

L’idée est d’utiliser toutes ces briques pour installer Windows 7 avec les applications, l’état utilisateur et les précédentes applications disponibles au travers de Windows XP. Jeremy Chapman a donc consulté Michael Niehaus (Créateur de MDT) et Mark Russinovich pour commencer la création de ce qu’est aujourd’hui : P2V Migration for Software Assurance.

Principe :

Ainsi, on retrouve :

Qu’es ce que Sysinternals Disk2VHD :

  • Utilise les capacités des Volumes Snapshot introduites dans Windows XP/2003
  • La conversion VHD peut être opérée en ligne et sauver sur le même volume
  • C’est un outil gratuit et puissant

Le processus de P2V est construit sur un enchainement de tâches comme suit :

  • Préparation de Windows pour la conversion VHD
    • 0. Validation que Disk2VHD peut s’exécuter :
      • Vérification de la taille du volume
      • Choix du répertoire de stockage
      • Vérification de l’état de santé du service VSS
    • 1. Installation du correctif RemoteApp pour l’expérience d’application transparente
    • 2. Ajout de la commande Runone dans la base de registre pour assurer l’auto login et l’exécution de scripts
  • Conversion de la machine Windows XP en un fichier VHD
    • 3. Lancement de la commande USMT (scanstate) pour sauvegarder les données utilisateurs
    • 4. Lancement de Disk2VHD pour convertir le système d’exploitation en un fichier VHD
    • 5. Sauvegarde du fichier VHD sur un emplacement
  • Installation de Windows 7 et Virtual PC
    • 6. Formatage du disque et installation de Windows 7
    • 7. Installation de Windows Virtual PC et des correctifs nécessaires
    • 8. Les applications du socle sont installées via la séquence de tâches
  • Installation du fichier VHD Windows XP sur l’hôte Windows 7
    • 9. Création du fichier de configuration Virtual PC (VMC : Virtual Machine Configuration)
    • 10. (Si l’administrateur local est disponible) Ouverture de la machine virtuelle afin d’installer les composants d’intégration additionnels pour le support de l’USB et l’ajout des applications dans le menu démarré
    • 11. Ajout du script HTA au profil utilisateur par défaut afin d’ajouter le raccourci d’ajout des applications au menu démarré
  • Finalisation de l’installation et préparation pour l’utilisateur
    • 12. Lancement de la commande USMT (loadstate) pour restaurer les données utilisateurs
    • 13. La migration est finalisée, le premier utilisateur peut se connecter
    • 14. L’utilisateur lance le HTA afin d’installer le composant d’intégration additionnel et publier les applications dans le menu démarré.

Passer à la gestion des Multiutilisateurs

Multiutilisateurs

Comment fonctionne P2V Migration for Software Assurance lorsque celui-ci évolue dans un scénario multi utilisateurs. En réalité la machine virtuelle créée dispose d’une configuration de disque ciblant un disque parent (commun à tous les utilisateurs) et un disque différentiel contenant les changements de chaque utilisateur. Cette opération a lieu lors de l’exécution du script HTA et de la création de la machine virtuelle. Le script HTA doit être exécuté pour tous les utilisateurs souhaitant utiliser les applications.

Les données de chaque utilisateur sont stockés dans : « C:\Users\<USERNAME>\AppData\Local\Microsoft\Windows Virtual PC\ » :

Le fichier Options spécifie les données de configuration de la machine virtuelle. Le dossier Virtual Applications contient les raccourcis des applications de la machine virtuelle ajoutés au menu démarrer :

Le dossier Virtual Machines contient les informations de la machine virtuelle ainsi que le disque différentiel dédié à l’utilisateur :

Dans la prochaine étape nous aborderons les limitations du produit

Limitations

Ce produit compte des limitations relatives aux différents outils utilisés :

  • Virtual PC ne supporte que des disques virtuels inférieurs à 127 GB
  • L’activation Windows XP peut seulement être effective si l’entreprise a installé elle-même le poste en utilisant un média de licence en volume (VL).
  • La machine source ne peut être qu’un système d’exploitation 32 bits
  • Le système d’exploitation source ne peut être qu’une édition Professionnelle/Entreprise/Intégrale.

Implémenter P2V Migration for SA avec SCCM

Implémentation de P2V Migration for SA avec SCCM

Cette partie traite de l’implémentation de P2V Migration for Software Assurance avec le produit Microsoft System Center Configuration Manager 2007. Notez que le produit est aussi disponible au travers des processus de déploiement de Microsoft Deployment Toolkit 2010.

 5.1 Prérequis

Vous trouverez ici la liste des prérequis pour les entités suivantes :

  • L’infrastructure de déploiement/migration
  • L’ordinateur « source » cible de la migration Windows 7 et de la conversion P2V
  • L’ordinateur après migration comportant la machine virtuelle du système d’exploitation avant migration

Pour plus d’informations, vous pouvez lire la Release Note.

 5.1.1 Infrastructure de déploiement/migration

Les prérequis nécessaires au déploiement Zero Touch en utilisant System Center Configuration Manager sont les suivants :

  • Un environnement SCCM 2007 configuré pour faire du déploiement de systèmes d’exploitation. Ceci inclut :
    • WDS et PXE Service Point
    • Le rôle State Migration Point pour la migration des données utilisateurs et du disque VHD
    • Une image de déploiement
  • MDT 2010 Update 1 installé et intégré à la console d’administration.
  • Une connexion Internet ou alors les composants nécessaires pré-téléchargés et disposés dans C:\Program Files (x86)\P2V Migration for Software Assurance\Tools.

Pour plus d’informations sur la mise en œuvre d’un environnement SCCM configuré pour faire du déploiement de systèmes d’exploitation, vous pouvez acheter le livre suivant : Windows 7 Déploiement et Migration avec SCCM et MDT 2010.

 5.1.2 Ordinateur source cible du P2V

L’ordinateur client ciblé pour la conversion VHD doit remplir les prérequis suivants :

  • Un système 32-bit suivant doit être installé : Windows 7 Professional, Windows 7 Enterprise, Windows Vista Business ou Windows Vista Enterprise avec SP1 ou SP2, ou Windows XP Professional avec SP3.
  • L’ordinateur client doit être installé et actif en utilisant un media de licence en volume (Volume Licensing). L’Installation utilisant un média OEM n’est pas supportée.
  • Windows doit être installé sur une seule partition sans une partition de boot ou système séparée. Note that this limitation should be resolved in a subsequent beta or the final release of P2V Migration for Software Assurance.
  • Le disque dur doit être inférieur ou égal à 127 gigabytes (GB) quel que soit la quantité de données stockées dessus. Cette limitation provient de Windows Virtual PC. Par exemple, si l’ordinateur a un disque de 150 GB et a consommé seulement 20 GB de données (même si la partition fait moins de 127GB), P2V Migration ne fonctionnera pas.
  • Le processus de P2V et de déploiement ne ciblera que le disque 0. Par défaut, seulement les partitions système et de démarrage sont ciblées. Les disques attachés comme USB, externe et volume de données sur l’emplacement Disk 0 ne seront pas converti.
  • Pour les clients internationaux ciblant Windows XP par P2V Migration, il est recommandé d’installé KB961742-v3.exe en avance avec la version appropriée à la langue du système d’exploitation. Par défaut, P2V Migration installera la version du correctif en anglais ( ) sur les ordinateurs Windows XP SP3 avant la conversion VHD.
  • Les ordinateurs avec un chiffrement du disque dur doivent être déchiffrés avant la conversion P2V. L’opération est incompatible si le chiffrement de disque dur est seulement suspendu avant la conversion. Après l’installation de Windows 7, le chiffrement peut être activé sur le disque dur contenant le VHD converti.

 5.1.3 Ordinateur après migration

L’ordinateur après migration doit remplir les prérequis suivants:

  • Windows 7 Professional ou Enterprise32-bit ou 64-bit
  • Microsoft Software Assurance doit couvrir l’ordinateur afin de fournir des droits pour les installations VM (jusqu’;à quatre par dispositif)
  • Le matériel répond aux exigences minimales de Windows 7 avec Windows Virtual PC (2 Go de RAM recommandés)

Note: La virtualisation assistée par matériel n’est pas requise pour cette solution.

 5.2 Installation de P2V Migration for Software Assurance

L’installation va procéder à l’ajout des modèles de séquence de tâches mais aussi du script ZTIRetro.wsf, des informations dans la console SCCM et du HTA d’import d’applications.

Note : L’installation du composant nécessite un accès à Internet afin de télécharger les fichiers supplémentaires.

Lancez l’exécutable « P2VMigration.msi ». L’assistant d’installation et l’écran de bienvenue s’ouvre, cliquez sur « Next » :

Sur l’écran suivant, acceptez les termes du contrat de licence :

Passez l’écran Custom Setup en cliquant sur « Next » :

Enfin lancez l’installation en cliquant sur « Install ». Durant l’installation, l’assistant vous demandera si vous souhaitez procéder au téléchargement des fichiers additionnels sur Internet. Cliquez sur « Yes » :

Une fois l’installation terminée, cliquez sur « Finish ».

 5.3 Création des séquences de tâches

Une fois le produit installé et les composants additionnels ajoutés à la console d’administration, nous allons pouvoir procéder à la création des séquences de tâches qui serviront à la migration de la machine. Pour cela, ouvrez la console d’administration de System Center Configuration Manager. Dirigez-vous dans l’arborescence « Site Database => Computer Management => Operating System Deployment => Task Sequences ». Cliquez droit sur le nœud Task Sequences et sélectionnez Create Microsoft Deployment Task Sequence :

La fenêtre de création d’une séquence de tâches s’ouvre. Vous pouvez choisir parmi les modèles disponibles. On retrouve ainsi trois nouveaux modèles :

  • Client Task Sequence for P2V Migration est une séquence de tâches permettant d’assurer la migration de la machine vers Windows 7 avec sauvegarde des données et paramètres utilisateurs. Elle fait référence à la séquence de tâches MDT « Client Task Sequence » et ajoute la conversion du système d’exploitation originel en système virtuel (P2V) et sa restauration sur le nouveau système. Cette séquence de tâches s’accorde avec le scénario de migration en rafraichissement (REFRESH) ou la deuxième partie du scénario de remplacement (REPLACE) permettant l’installation du système d’exploitation, de son socle d’applications, et la restauration des paramètres utilisateurs.
  • Client Replace Task Sequence for P2V Migration fait référence à la séquence de tâches MDT « Client Replace Task Sequence ». Elle permet d’opérer la sauvegarde des données et paramètres utilisateurs ainsi que la conversion du système d’origine en environnement virtuel. Elle peut accessoirement nettoyer la machine d’origine en supprimant les données du disque dur. Vous l’aurez compris cette séquence de tâches prend son sens dans le scénario de migration par remplacement (REPLACE). Elle doit s’exécuter sur la machine source qui doit être remplacée. Elle doit être lancée avant la séquence de tâches Client Task Sequence for P2V Migration ou P2V Restore Only sur la machine de remplacement.
  • P2V Restore Only Template permet de restaurer le système source converti virtuellement sur la machine de destination si celle-ci est déjà équipée d’un système d’exploitation. Notez que cette tâche ne restaure pas les paramètres utilisateurs.

Nous aborderons dans cette partie la création de toutes les séquences de tâches afin de comprendre leur structure. Néanmoins, nous ne mettrons en œuvre que la séquence de tâches « Client Task Sequence for P2V Migration » permettant le rafraichissement d’une machine.

 5.3.1 Création de la séquence de tâches de rafraichissement

Cette partie va aborder la création d’une séquence de tâches permettant le rafraichissement d’une machine équipée d’un système d’exploitation comme Windows XP ou Windows Vista vers Windows 7. Elle assurera la migration des données et paramètres utilisateurs mais aussi la conversion du système d’origine en P2V pour le restaurer et le rendre disponible au travers de Virtual PC.

Sur l’écran de création de la séquence de tâches, sélectionnez le modèle « Client Task Sequence for P2V Migration » :

Sur la page General, donnez un nom et une description à la séquence de tâches :

Sur l’écran Details, choisissez les paramétrages de Windows (Nom d’utilisateur et d’organisation, clé produit) mais aussi les options de jointure à un domaine :

(screen P2V-12)

A l’étape Capture Settings, assurez-vous que la case « This task sequence will never be used to capture an image” est cochée :

Sur l’écran Boot image, assurez-vous de sélectionner l’image de démarrage adéquate pour déployer le système d’exploitation dans son architecture (amd64 ou x86). Vous pouvez aussi procéder à la génération d’une image de démarrage MDT :

Sur la page MDT Package, sélectionnez ou créez le package contenant les fichiers utilisés par MDT :

Attention ! P2V Migration for SA ajoute des fichiers nécessaires à la procédure de migration pour se dérouler dans de bonnes conditions. Vous devez régénérer le package si vous utilisiez MDT 2010 Update 1 avant l’installation de ce module. Si vous n’effectuez pas cette opération ; le déploiement échouera n’ayant pas d’accès aux fichiers nécessaires.

Sur l’écran Details, spécifiez les informations d’identification du package :

Sur l’écran OS Image, sélectionnez l’image de système d’exploitation (WIM) utilisée pour le déploiement en cliquant sur « Specify an existing OS image » et « Browse » :

A l’étape Client Package, sélectionnez ou créez un package contenant les fichiers d’installation du client SCCM :

Au niveau USMT Package, sélectionnez ou générez le package USMT (scanstate et loadstate…) qui sera utilisé pour sauvegarder et restaurer les données et paramètres utilisateurs.

Sur la page Settings Package, sélectionnez ou générez le package contenant les fichiers de paramétrages du déploiement : unattend.xml et customsettings.ini. Le fichier CustomSettings.ini permet de spécifier ou de modifier des variables de séquence de tâches. Le fichier unattend.xml est un fichier de réponse utilisé lors du déploiement pour personnaliser certains paramètres.

Sur l’écran Sysprep Package, vérifiez que la case « No Sysprep package is required » est cochée :

Vérifiez et validez l’écran de résumé :

Fermez l’écran de confirmation :

Nous allons maintenant éditer la séquence de tâches créée pour observer les différences avec la séquence de tâches d’origine de MDT « Client Task Sequence » :

Voici le détail des tâches de capture :

  • Une tâche Capture Groups permet de capturer les appartenances aux groupes locaux.
  • Une tâche Capture Network Settings permet de migrer les configurations des cartes réseau ainsi que l’appartenance au domaine ou au workgroup.
  • Une tâche Determine Local or Remote UserState permet de déterminer si la séquence de tâches va stocker les paramètres utilisateurs sur le disque local ou sur le serveur StateMigration Point. Par défaut, si l’espace disque disponible est suffisant pour stocker les paramètres utilisateurs, la séquence de tâches stockera ceux-ci sur le disque local.
  • L’étape Request State Store permet de demander un espace de stockage pour la capture au serveur State Migration Point. Cette étape ne s’exécute que si MDT n’a pas choisi de stocker les paramètres sur le disque de la machine. Verifier que la case If computer account fails to connect to state store, use the Network Access account soit cochée. Celle-ci permet l’utilisation du compte d’accès réseau si le compte ordinateur de la machine n’a pas accès au partage de capture.
  • La tâche Capture User State capture et sauvegarde les paramètres utilisateurs en utilisant USMT et les fichiers xml de définition.
  • L’étape Capture VHD installe la mise à jour nécessaire (RemoteApp) et lance l’outil Disk2VHDet opère la conversion du disque physique en un disque virtuel (VHD) compatible avec Virtual PC 7.
  • La tâche Release State Store s’exécute pour signaler au serveur State Migration Point que la capture est terminée. Elle ne s’exécute pas si les paramètres ont été sauvegardés sur le disque local.

Voici le détail des tâches de restauration :

  • inclut des tâches de restauration des paramètres système et utilisateur, d’installation d’application :
  • La tâche Restore Group permet de restaurer les appartenances aux groupes locaux capturées précédemment dans la séquence de tâches.
  • L’étape Request State Store permet de demander le chemin de l’espace de stockage de l’état utilisateur de la machine. Cette tâche ne s’exécute que si les données ne sont pas stockées localement.
  • La tâche Restore User State restaure les paramètres utilisateurs en utilisant USMT et les fichiers xml de définition. Vous pouvez choisir de restaurer les profils utilisateurs locaux.
  • L’étape Restore VHD effectue les opérations suivantes :
    • Installation de Virtual PC 7
    • Installation de la mise à jour permettant de s’affranchir de la virtualisation assistée par matériel.
    • Copie du fichier VHD sauvegardé sur le State Migration Point ou dans un espace de stockage local sur l’emplacement donné (c:\Program Files\Virtual PC\)
  • La tâche Release State Store s’exécute pour signaler au serveur State Migration Point que la restauration est terminée. Cette tâche ne s’exécute que si les données ne sont pas stockées localement.

 5.3.2 Création de la séquence de tâches de remplacement

Dans cette partie, vous allez voir comment créer les séquences de tâches qui pourront servir au scénario de migration par remplacement de machine. Le processus est simple :

 

  • Vous exécutez une première séquence de tâches sur la machine à remplacer (machine source) afin de capturer les paramètres et données utilisateurs ainsi qu’opérer la conversion P2V de la machine.
  • Vous exécutez une séquence de tâches qui :

     

  • Installera le nouveau système et ses applications puis restaurera les données et paramètres utilisateurs ainsi que le système de la machine source sous la forme d’une machine virtuelle.
  • Restaurera uniquement les données et paramètres utilisateurs ainsi que le système virtuel de la machine source si un système d’exploitation est déjà présent.

 

Dans le cas A, vous devez créer une séquence de tâches basée sur le modèle « Client Task Sequence for P2V Migration » que nous avons vu pour le rafraichissement d’une machine. Dans cette partie, nous aborderons la création d’une séquence de tâches de restauration uniquement.

 5.3.2.1 Création de la séquence de tâches de sauvegarde

Commençons par la séquence de tâches de sauvegarde de l’état utilisateur. Ouvrez la console d’administration de System Center Configuration Manager. Dirigez-vous dans l’arborescence « Site Database => Computer Management => Operating System Deployment => Task Sequences ». Cliquez droit sur le nœud Task Sequences et sélectionnez Create Microsoft Deployment Task Sequence. Sélectionnez le modèle Client Replace Task Sequence for P2V Migration.

Sur la page General, entrez un nom et une description qui identifieront la séquence de tâches :

Sur l’écran Boot image, assurez-vous de sélectionner l’image de démarrage adéquate pour déployer le système d’exploitation dans son architecture (amd64 ou x86) :

Sur la page MDT Package, sélectionnez ou créez le package contenant les fichiers utilisés par MDT :

Au niveau USMT Package, sélectionnez ou générez le package USMT (scanstate et loadstate…) qui sera utilisé pour sauvegarder et restaurer les données et paramètres utilisateurs.

Sur la page Settings Package, sélectionnez ou générez le package contenant les fichiers de paramétrages du déploiement : unattend.xml et customsettings.ini..

Vérifiez et validez l’écran de résumé :

Fermez l’écran de confirmation :

De la même manière que pour la séquence de tâches de rafraichissement, cette séquence exécute les tâches :

  • Request State Store
  • Capture User State
  • Capture VHD
  • Backup Computer : effectue une sauvegarde du disque au format WIM pour prévenir les problèmes lors de la migration
  • Release State Store
  • Clean Disk : Nettoyage du disque afin d’effacer l’ensemble des données présentes.

Pour plus d’informations sur les tâches déjà décrites, je vous renvoie vers la création de la séquence de tâches de rafraichissement.

 5.3.2.2 Création de la séquence de tâches de restauration

L’étape suivante correspond à la création de la séquence de tâches de restauration de l’état utilisateur. Ouvrez la console d’administration de System Center Configuration Manager. Dirigez-vous dans l’arborescence « Site Database => Computer Management => Operating System Deployment => Task Sequences ». Cliquez droit sur le nœud Task Sequences et sélectionnez Create Microsoft Deployment Task Sequence. Sélectionnez le modèle P2V Restore only Template.

Sur la page General, entrez un nom et une description qui identifieront la séquence de tâches de restauration :

Sur l’écran Boot image, assurez-vous de sélectionner l’image de démarrage adéquate pour déployer le système d’exploitation dans son architecture (amd64 ou x86) :

Sur la page MDT Package, sélectionnez ou créez le package contenant les fichiers utilisés par MDT :

Sur la page Settings Package, sélectionnez ou générez le package contenant les fichiers de paramétrages du déploiement : unattend.xml et customsettings.ini..

Vérifiez et validez l’écran de résumé :

De la même manière que pour la séquence de tâches de rafraichissement, cette séquence exécute les tâches liées à la restauration :

  • Request State Store
  • Restore VHD

Pour plus d’informations sur les tâches déjà décrites, je vous renvoie vers la création de la séquence de tâches de rafraichissement.

 5.4 Création des collections

Cette partie décrit la création de la collection qui servira à accueillir les clients cibles de la migration de systèmes d’exploitation avec conversion P2V de l’ancien système. Ouvrez la console d’administration de System Center Configuration Manager. Dirigez-vous dans l’arborescence « Site Database => Computer Management => Collections ». Cliquez droit sur le nœud Collections et sélectionnez Create Microsoft Deployment Task Sequence. Sélectionnez le modèle Client Replace Task Sequence for P2V Migration.

Cliquez droit sur la racine Collections ou sur une des collections faisant partie de l’arborescence et sélectionnez New Collection. L’assistant de création d’une collection s’ouvre.

Vous devez premièrement saisir le nom et un commentaire. Notez que le nom de la collection doit être unique !

La partie Membership Rules est la plus importante de l’assistant puisqu’elle permet de spécifier les règles d’appartenance à la collection. Dans le cadre du déploiement de systèmes d’exploitation, il est conseillé d’utiliser les règles d’appartenance directes afin de contrôler quelles sont les machines en cours de déploiement. Ajoutez donc les machines qui seront cibles de cette migration.

Passez les écrans Advertisement et Security puis fermez l’écran de confirmation.

 5.5 Publication de la séquence de tâches

L’étape qui suit revient à créer une publication qui va lier notre séquence de tâches à la collection contenant les clients. Pour cela ouvrez la console d’administration de System Center Configuration Manager. Dirigez-vous dans l’arborescence « Site Database => Computer Management => Operating System Deployment => Task Sequence ». Cliquez droit sur la séquence de tâches précédemment créée et sélectionnez Advertise.

L’assistant de création d’une publication s’ouvre, entrez le nom de la publication ainsi que la collection précédemment créée.

Note : La séquence de tâches prenant en compte le scénario de rafraichissement, il n’est pas nécessaire de la rendre disponible en PXE. Celle-ci sera exécutée directement à partir du système d’exploitation.

La partie Schedule permet de programmer l’intervalle de publication de la séquence de tâches. Vous pouvez spécifier une date de départ et une date d’expiration. Par défaut, la date de départ est celle de la création effective de l’advertisement. La partie Mandatory assignments permet de spécifier un ordre de déploiement obligatoire en utilisant une date ou un événement (connexion ou déconnexion de l’utilisateur ou encore l’événement « dès que possible »).

L’écran Distribution Points permet de spécifier le comportement du client lorsqu’il doit récupérer les packages nécessaires au déploiement sur les points de distribution.

Enfin, la partie Interaction spécifie les paramètes affectant la manière dont l’utilisateur interagit avec la publication. Ainsi, vous pouvez spécifier si l’utilisateur doit être notifié par un compte à rebours de l’exécution de la séquence de tâches et s’il peut voir sa progression.

Passez l’écran Security et validez l’écran de résumé :

Fermez l’écran de confirmation :

Voir la migration P2V

Migration P2V

L’ensemble de l’infrastructure de déploiement est prête, nous allons pouvoir commencer la procédure de migration du système d’exploitation avec conversion P2V.

Notez que le client ciblé par la publication doit aussi disposer d’un client ConfigMgr opérationnel.

Dans ce scénario, je cible une machine équipée de Windows Vista Service Pack 2. Les applications Office 2007 et Adobe Reader sont installées et devront être utilisables au travers de la fonctionnalité Windows XP Mode.

On ouvre le panneau de configuration et le panneau permettant de lancer les publications SCCM. On y retrouve le programme que nous avons précédemment créé : « Dep TS x64 RefreshP2V Windows 7 Ent US». On exécute ce programme afin de lancer la migration.

La séquence de tâches se déroule. Nous allons décrire les tâches importantes dans la conversion P2V. On retrouve ainsi la tâche Use Toolkit Package qui télécharge le package MDT incluant l’ensemble des scripts nécessaires à l’exécution de la séquence de tâches.

La tâche Capture Network Settings s’exécute.

La séquence de tâches exécute la tâche Request State Store afin de faire la demande d’un espace de stockage au State Migration Point :

La tâche est suivie par la capture et la collection des paramètres et données utilisateurs :

Ensuite la procédure de déploiement enchaine avec la capture du VHD en installant la mise à jour RemoteApp :

Enfin le déploiement télécharge l’image de démarrage et prépare l’environnement Windows PE pour le redémarrage de la machine :

L’environnement Windows PE démarre et procède à l’installation du système d’exploitation :

  • Nettoyage du disque
  • Application de l’image d’installation
  • Application des paramétrages Windows
  • Installation de Windows et du client ConfigMgr

Note : Certaines tâches ont été volontairement non citées

Une fois le système d’exploitation installé, la séquence de tâches atteint la partie restauration des données utilisateurs. La première étape correspond à la demande de l’espace de stockage où sont stockées les données utilisateurs :

On enchaine ensuite avec la restauration de l’état utilisateur :

Ensuite, la procédure de restauration du VHD commence avec l’installation de Virtual PC et de la mise à jour pour s’affranchir de la virtualisation assistée par matériel :

Une fois ces prérequis installé, il devient possible de copier le fichier VHD sur le nouveau système d’exploitation :

Enfin, la procédure termine la migration en exécutant la tâche Release State Store pour signaler au serveur State Migration Point que la capture est terminée.

Vous devez ensuite vous connecter au nouveau système d’exploitation pour finir la procédure de migration P2V. Ouvrez le menu démarrer => Tous les programmes => Windows Virtual PC et lancez « Add Old Apps In VHD to Windows 7 »

Notez que l’utilisateur doit disposer des droits d’administration pour exécuter cette partie de la migration. Cet assistant se lance automatiquement dans tous les scénarios exceptés ceux proposés par System Center Configuration Manager ou les scenarios de jointure au domaine LTI Domain.

La fenêtre HTA s’ouvre et commence à chercher les différents fichiers nécessaires à la création de la machine virtuelle :

Vous pouvez suivre l’avancement des opérations avec une image de la machine virtuelle qui est remise à jour de manière régulière :

Vous pouvez suivre l’avancement de l’opération en ouvrant directement la machine virtuelle :

Une fois le démarrage terminé, un script est exécuté dans la machine virtuelle afin de procéder à l’installation des composants additionnels Virtual PC.

S’en suit plusieurs redémarrages pour terminer la préparation et procéder à la publication des applications dans le menu démarrer :

Une fois arrêtée, on peut remarquer que la migration est terminée et que l’ensemble des applications du menu démarrer de la machine virtuelle ont été publiées dans le menu démarrer de notre nouveau système Windows 7 :

On peut ensuite lancer une application ; l’étape de préparation peut procéder au démarrage de la machine virtuelle si celle-ci est éteinte.

Une fois l’application lancée, on remarque que son affichage est complétement déporté. On remarque ainsi que le thème de la fenêtre est celui d’Aero Basic dans Windows Vista et que l’icône correspond à celle de Virtual PC :

On peut tester le lancement d’applications Office 2007 comme Word ou Excel :

On écrit du texte que l’on va tenter de sauvegarder :

On remarque que l’application tente de sauvegarder le programme dans les documents de l’utilisateur sur le système Windows 7 et non pas dans les documents de la machine virtuelle :

On peut vérifier la présence du document dans le profil de l’utilisateur et tenter de l’ouvrir avec WordPad :

Enfin, on peut tenter d’ouvrir le Windows MarketPlace de Windows Vista. On remarque que c’est la version Internet Explorer 7 de Windows Vista qui s’ouvre. Un processus spécifique est créé comportant la mention : « (Remote) » :

Note : Si vous tentez d’éteindre le système d’exploitation ; celui-ci procède à la mise en veille prolongée de la machine virtuelle :

Lire la conclusion

Conclusion

Nous avons vu au travers de cet article une solution « gratuite » permettant aux entreprises bénéficiant de la Software Assurance de résoudre la problématique de mise en compatibilité des applications spécialisées. P2V Migration for Software Assurance est un bon complément aux solutions déjà fournies : Application Compatibility Toolkit, Microsoft Enterprise Desktop Virtualization. Elle permet d’assurer un processus de conversion physique à virtuelle du système d’origine. Les applications utilisées auparavant sont ensuite publiées au travers du menu démarrer. L’utilisateur peut les lancer et se voir déporter l’affichage afin de n’interagir qu’avec son nouveau système d’exploitation. Le processus de conversion s’intègre parfaitement au processus de migration du système d’exploitation et pousse un peu plus loin les limites de mise en compatibilité des applications. Il en reste un inconvénient majeur : le doublement de la gestion des systèmes d’exploitation. En effet, les utilisateurs se voient attribués deux systèmes d’exploitation qui doivent tous deux être mis à jour par l’administrateur du parc informatique. Ce problème ne reste tout de même que temporaire car P2V Migration for SA ne doit pas se substituer à une solution visant à rendre l’application compatible nativement au système d’exploitation.

Pour télécharger une version numérique de cet article, rendez-vous sur mon blog : www.windowstouch.fr