Présentation

1.1 Les bases de SharePoint.

SharePoint est une série de logiciels pour applications web et portails développée par Microsoft. Les fonctionnalités des produits SharePoint sont la gestion de contenu, les moteurs de recherche, la gestion électronique de documents, les forums, la possibilité de créer des formulaires et des statistiques décisionnelles.

SharePoint Workspace 2010 ou Microsoft Office Groove est un logiciel côté client.

Avec ou sans connexion internet, Groove est une plateforme conçue pour pouvoir travailler en équipe de manière active, efficace et sécurisée au sein d’ un environnement d’ information et de communication.

Reposant sur le principe des bureaux virtuels, chaque client groove possède un espace de collaboration sécurisé leur permettant de récupérer leurs travaux et de retrouver de nombreux moyens de communications ainsi que les personnes avec lesquelles ils travaillent.

SharePoint fait référence à deux produits complémentaires du même éditeur, et qui ont été rebaptisés plusieurs fois entre 2001 et 2007.

Ø Le premier est un logiciel moteur de groupware et de sites web dynamiques qui permet aux utilisateurs de partager des documents et des messages électroniques. Il est inclus depuis le système d’ exploitation Windows Server 2003 R2. La version 2007 qui est incluse depuis WS2003R2.

Ø Le second, payant permet de réaliser des portails web d’entreprise. Les fonctionnalités sont la gestion de contenu, le moteur de recherche, la possibilité de créer des formulaires et des statistiques décisionnelles. Il permet toutes les actions du premier, entre autres celles-ci-dessus. C’est une sorte de surcouche.

Les produits SharePoint utilisent le moteur d’exécution ASP.Net, le serveur web Internet Information Services, et le système de gestion de base de données SQL Server, de Microsoft. Ils sont prévus pour être utilisés avec les documents créés avec la suite bureautique Microsoft Office.

La série SharePoint a connu la croissance la plus rapide de tous les produits de Microsoft et les ventes ont dépassé les 30 millions en 2005.

Les différents produits de la série SharePoint sont:

Ø Windows SharePoint Services (abrégé WSS), désormais appelé SharePoint Foundation 2010.

Ø Microsoft Office SharePoint Server (abrégé MOSS) désormais appelé Microsoft SharePoint Server 2010.

1.2 SharePoint 2010 : Une plateforme d’application

Microsoft SharePoint Foundation 2010 est une technologie polyvalente dont les organisations et les divisions de toutes tailles peuvent tirer parti pour accroître l’efficacité de leurs processus métier et améliorer la productivité de leurs équipes. Grâce à ses outils de collaboration permettant aux utilisateurs de rester connectés par-delà les limites organisationnelles et géographiques, SharePoint Foundation 2010 permet à ces derniers d’accéder à l’information qu’ils recherchent.

Les sites basés sur SharePoint Foundation 2010, appelés sites SharePoint, apportent une nouvelle dimension au stockage des fichiers, car ils offrent aux communautés des fonctionnalités de collaboration en équipe permettant aux utilisateurs de travailler ensemble sur des documents, des tâches et des évènements, et facilitant le partage de contacts et d’ autres informations. SharePoint Foundation 2010 permet aux gestionnaires d’équipes et de sites de gérer facilement le contenu du site et les activités des utilisateurs. Actuellement encore c’est l’administrateur qui se charge de remplir le contenu d’un site. SharePoint permet de déléguer cette tâche aux utilisateurs avancés finaux et ainsi participe à décharger un peu le service informatique.

SharePoint Foundation 2010 offre également une plateforme pour la conception d’applications professionnelles basées sur le Web pouvant être facilement adaptées de manière à répondre aux besoins variables et croissants de votre secteur. Des contrôles administratifs polyvalents permettant de gérer le stockage dans une base de données. Nous sommes vite tentés d’interagir directement avec elle mais, il ne faut surtout pas prendre cette habitude.

De plus, le stockage et l’infrastructure Web fournissent aux départements informatiques une façon rentable d’implémenter et de gérer un environnement de collaboration hautement performant.

1.3 Les fonctionnalités de SharePoint 2010

1.3.1 Intégration avec Microsoft Visual Studio 2010

L’intégration avec Microsoft Visual Studio facilite le travail des développeurs puisqu’ils retrouvent les outils qu’ils connaissent et dans lesquels ils ont confiance.

L’intégration entre SharePoint 2010 et Visual 2010 est très bien faite car on retrouve l’expérience habituelle : Développer, déployer, débugger…Une fois le projet déployé sur la plateforme on a accès à un débugge classique (Breakpoint step by step…). Il permet aussi un build en wsp, son ajout et déploiement ainsi que l’activation des fonctionnalités automatiquement ce qui fait gagner beaucoup de temps aux développeurs qui devaient faire tout cela à la main avant.

Il permet aussi une arborescence au sein du projet mieux définie et plus en symbiose avec SharePoint (plus besoin de suivre l’arborescence du fameux « 12 »).

1.3.2 De nouvelles API (Application Programming Interface)

De nouvelles API riches font leur apparition et également la prise en charge de Silverlight, de REST (Representational State Transfer) et de LINQ (Language Integrated Query), afin d’aider les développeurs à créer rapidement des applications pour la plateforme SharePoint.

Le modèle d’objet client permet de manipuler les éléments SharePoint directement sur le client : Webs, Lists, ListItems, Content Types, Fields, etc… Et pour des clients Javascript, .NET CLR, et Silverlight CLR.

Des services de connectivité adaptés aux entreprises, qui permettent aux développeurs de connecter des services Web et les données des applications métier au client Office et à SharePoint.

1.3.3 Les fonctionnalités web

De nouvelles fonctionnalités de gestion de contenu Web avec accessibilité intégrée via WCAG, la prise en charge de plusieurs langues et la mise en page en un clic, ce qui offre à tous l’accès aux sites SharePoint.

– Prise en charge intégrée du multimédia comme la vidéo, l’audio, Silverlight ; la construction de sites Web dynamiques se simplifie.

– Amélioration de l’expérience utilisateur (Ruban, modification tel Wiki, richText editor, …)

– Support de la majorité des navigateurs (IE7, IE8, FF3.5), les autres partiellement.

– Respect des standards d’accessibilités et du multilingue

– Utilisation de SharePoint Workspaces pour le mode déconnecté (SharePoint Workspace est le successeur de groove, on a plus besoin de groove server pour rendre disponibles les espaces).

– Une plateforme unique qui permet aux entreprises de mettre en place et de gérer facilement leur intranet, leur extranet et leur présence sur Internet, à moindre coût.

– Des fonctionnalités d’entreprise comme les Services Excel et les Services de formulaires InfoPath qui simplifient l’utilisation, le partage, la sécurisation et la gestion des formulaires interactifs dans toute l’entreprise.

1.3.4 Sauvegarde et Restauration

Accès direct depuis l’administration centrale, restauration sans attachement, granularité des sauvegardes et possible via PS. A noter que l’on peut désormais créer des jobs granulaires de backup et attacher des databases pour lire le contenu directement dedans sans monter le site web forcément.

1.3.5 Communautés

Un retour sur la vision de l’activité de socialisation dans SharePoint et plus particulièrement en entreprise. Ceci passant principalement par le MySite, via :

– Le tagging social : permet d’ajouter des mots clefs privés ou publics à des éléments de manière à donner plus de sens à l’information.

– Les abonnements sur les collaborateurs : permet de rester au courant de l’activité d’un collègue dans un certain contexte

– Le tag Cloud des précédents sujets tagués : Le nuage d’étiquettes vous permet de trouver le contenu de wiki par des étiquettes et souscrire à de certaines étiquettes.

(Un wiki est un site web dont les pages sont modifiables par tout ou partie des visiteurs du site. Il permet ainsi l’écriture et l’illustration collaboratives de documents.)

– Le « profiling » : Espionnage pour établissement des profils des personnes dont les internautes

– Le « Ask me About » qui invite ses collègues à poser des questions sur des sujets que l’utilisateur indique maitriser

– La notation des documents et des données de SharePoint

– Social Bookmark (permettant de créer un lien sur une page web choisie) associé au Tagging défini en interne

– « Folksonomie » permet d’enrichir les tags officiels par les siens

– Recherche de personnes : Vision du collaborateur dans un graphique d’organisation (Org Chart) auto généré

1.3.6 Décisionnel

v Quelques évolutions d’Excel Services (Slicers de Excel 2010, colorisations, graphiques, …)

v Intégration de « PerformancePoint » dans SharePoint

Microsoft Office PerformancePoint Server est un logiciel de gestion des performances édité par Microsoft et conçu pour le domaine de l’informatique décisionnelle. PerformancePoint Server fournit aux organisations un moyen d’améliorer leurs performances en intégrant des outils de surveillance, analyse et planification dans le cadre d’un produit unique. Comme c’est le cas de la plupart des logiciels Microsoft, PerformancePoint Server 2007 s’intègre complètement avec d’autres produits tels que ceux de la suite Microsoft Office (Excel, Visio, SharePoint Server) ou SQL Server. L’un des objectifs de PerformancePoint est de s’adapter aux habitudes des utilisateurs en leur permettant de travailler avec leurs formats de fichier préférés.

1.4 Interface utilisateur

Microsoft a fait beaucoup d’efforts pour faciliter la collaboration, le partage d’information et la publication de contenu par l’utilisateur. Plusieurs améliorations ont étés apportées au niveau des sites SharePoint comme :

Ø L’interface des sites/pages/listes/documents inclue désormais le ruban Office

Description: https://www.sharepointquebec.org/spqblog/Galerie/101909_1749_NouveautdeS1.png

Ø Une amélioration pour le support des différents types de navigateurs

Ø Une facilité pour travailler avec les documents en mode déconnecté (offline) avec le client lourd SharePoint Workspace (anciennement Groove)

Ø La nouvelle interface multi langue (MUI) depuis SharePoint 2007

Ø Office Web application qui permet de visualiser et de modifier des documents Office sans avoir de client installé sur son poste de travail

Ø Une nouvelle interface plus ergonomique pour gérer les paramètres du site

Description: https://www.sharepointquebec.org/spqblog/Galerie/101909_1749_NouveautdeS2.png

Installer SharePoint 2010

2.1 Les grandes étapes

Il y a une série d’étape à faire pour créer un site SharePoint, ci-dessous le schéma des étapes à suivre :

2.2 Remarque sur l’installation de SharePoint

Vous devez télécharger une mise à jour pour Windows Server 2008 avant d’exécuter le programme d’installation afin que celui-ci puisse s’exécuter.

Ø Pour Windows Server 2008 avec SP2, voir Un correctif qui fournit une méthode pour prendre en charge l’authentification par jeton sans sécurité de transport ou chiffrement des messages dans WCF est disponible pour .NET Framework 3.5 SP1 (éventuellement en anglais) (https://go.microsoft.com/fwlink/?linkid=160770&clcid=0x40C).

Ø Pour Windows Server 2008 R2, voir Un correctif qui fournit une méthode pour prendre en charge l’authentification par jeton sans sécurité de transport ou chiffrement des messages dans WCF est disponible pour .NET Framework 3.5 SP1 (éventuellement en anglais) (https://go.microsoft.com/fwlink/?linkid=166231&clcid=0x40C).

Grace à l’outil de préparation des produits et technologie SharePoint 2010, il installe automatiquement ces mises à jour. Si vous exécutez Windows Server 2008 avec SP1, l’Outil de préparation des produits et technologies SharePoint 2010 installe Windows Server 2008 SP2.

2.3 Configuration logicielle et matérielle requise

2.3.1 Configuration matérielle

La configuration indiquée dans le tableau suivant concerne les installations à serveur unique avec base de données intégrée et les installations de batterie de serveurs unique ou multiple (d’ après les informations données par Microsoft).

Composant Configuration minimale
Processeur 64 bits, double processeur, 3 GHz
RAM 4 Go pour une installation autonome ou d’évaluation

8 Go pour une installation de batterie de serveurs unique ou multiple en vue d’une utilisation de production

Disque dur 80 Go
Autre Lecteur de DVD

2.3.2 Configuration logicielle coté serveur

v Serveur de bases de données dans une batterie de serveurs

– L’édition 64 bits de Microsoft SQL Server 2005 avec Service Pack 3 (SP3)

– Ou l’édition 64 bits de Microsoft SQL Server 2008 avec le Service Pack 1 (SP1) et les mises à jour cumulatives 1 et 2 installées ou 5 (1+2+3+4+5) mais surtout pas la 3 et la 4

v Serveur autonome

– Édition 64 bits de Windows Server 2008 Standard avec SP2

– Rôle Serveur Web (IIS)

– Rôle de serveur d’applications

– Microsoft .NET Framework version 3.5 SP1

– SQL Server 2008 Express avec SP1

– Microsoft « Geneva » Framework ou Windows Identity Foundation en version finale

– Microsoft Sync Framework Runtime v1.0 (x64)

– Microsoft Filter Pack 2.0

– Microsoft Chart Controls for Microsoft .NET Framework 3.5

– Windows PowerShell 2.0 CTP3

– SQL Server 2008 Native Client

– Microsoft SQL Server 2008 Analysis Services ADOMD.NET

– ADO.NET Data Services v1.5 CTP2

2.3.3 Configuration logicielle coté client

v Ordinateur client

– Microsoft Silverlight 3

– Un navigateur pris en charge

2.4 Remarque sur les composants requis

Au lancement de SharePoint 2010, on peut voir l’écran d’accueil ci-dessous.

Description: \\192.168.226.130\c$\Users\Administrator\Desktop\SnagIt\SNAG-003.jpg

On peut voir que dans le menu « Installer », on a :

*

*

Quand vous démarrez l’installation de SharePoint, vous aurez 2 possibilités :

*

*

Dans la suite de cet article, nous allons montrer l’installation de SQL Server manuellement, puis l’installation automatique par l’installation des logiciels requis.

2.5 Installation SQL Server 2008

Vous avez besoin d’installer .NET Framework 3.5 SP1 avant de pouvoir installer SQL Server 2008. Si vous manquez cette étape, l’assistant d’installation SQL Server vous demandera d’installer les prérequis d’abord.

Vous pouvez télécharger .NET Framework 3.5 SP1 sur la page suivante :

https://www.microsoft.com/downloads/details.aspx?FamilyID=AB99342F-5D1A-

413D-8319-81DA479AB0D7

Après le lancement de l’installation de SQL Server 2008, vous devez entrer le numéro de clé, cliquez sur « Next », acceptez les conditions de la licence en cochant la case, et cliquez sur « Next ».

Vous pouvez garder l’installation par défaut et cliquez sur « Next »

Spécifiez le compte utilisateur avec lesquels les services se connecteront et cliquez sur « OK » pour valider votre saisie.

Choisissez le type d’authentification que vous souhaitez et cliquez sur « Next » pour continuer.

Ajoutez l’utilisateur actuel en cliquant sur « Add Current User », les utilisateurs listés auront les droits sur « l’Analysis Services ».

Vous pouvez modifier les chemins d’accès dans l’onglet « Data Directories », une fois que tout est bon, cliquez sur « Next » pour continuer.

Installez en mode natif par défaut ce qui permettra d’installer le « Report Server » avec toutes les valeurs par défaut.

Une fois sur la page finale, cliquez sur « Install » pour débuter l’installation de SQL Server 2008.

2.6 Installation automatique des logiciels requis

Sur l’écran d’accueil de l’installation des logiciels requis, on retrouve toute la liste des logiciels qui seront installés.

Description: \\192.168.226.130\c$\Users\Administrator\Desktop\SnagIt\SNAG-003.jpg

On va tout d’abord installer les logiciels requis pour faire tourner SharePoint 2010 sur notre Windows Server 2008 comme un SQL Server 2008, les Framework, etc. Si vous avez déjà installé SQL Server 2008 sur un autre serveur, n’utilisez pas cette option parce qu’il va vous réinstaller SQL Server 2008 sur votre serveur.

Sur l’écran d’accueil de l’installation des logiciels requis, on retrouve toute la liste des logiciels qui seront installés.

Description: \\192.168.226.130\c$\Users\Administrator\Desktop\SnagIt\SNAG-004.jpg

On peut dès à présent cliquer sur « Suivant ».

Description: D:\Mes documents\Hayward Pool Europe\02 - Systèmes\02 - Sharepoint 2010\SnagIT Install SharePoint 2010\SNAG-004.jpg

Après avoir accepté du contrat de licence, on peut cliquer sur « Suivant ».

L’installation commence, et se terminera dès que tous les logiciels seront installés correctement.

Si pendant l’installation, une erreur devait intervenir, l’installation se coupera et il faudrait redémarrer celle-ci depuis le départ après avoir corriger l’erreur.

Description: D:\Mes documents\Hayward Pool Europe\02 - Systèmes\02 - Sharepoint 2010\SnagIT Install SharePoint 2010\SNAG-005.jpg

L’assistant nous informe que l’installation est terminée et que « tous les éléments ont été installées ou activés ».

Description: D:\Mes documents\Hayward Pool Europe\02 - Systèmes\02 - Sharepoint 2010\SnagIT Install SharePoint 2010\SNAG-007.jpg

Cliquez sur « Terminer » pour revenir sur l’écran d’accueil.

Description: D:\Mes documents\Hayward Pool Europe\02 - Systèmes\02 - Sharepoint 2010\SnagIT Install SharePoint 2010\SNAG-008.jpg

2.7 Installation de SharePoint Server 2010

Sur la page d’accueil, cliquez sur « Installer SharePoint Server ».

Description: D:\Mes documents\Hayward Pool Europe\02 - Systèmes\02 - Sharepoint 2010\SnagIT Install SharePoint 2010\SNAG-008.jpg

L’assistant demande de tapez la clé produit, et une fois votre clé rentré, cliquez sur « Continuer ».

Description: C:\Users\brice sapin\Pictures\rr.jpg

Vous devrez accepter les termes du contrat avant de pouvoir poursuivre l’installation.

Description: D:\Mes documents\Hayward Pool Europe\02 - Systèmes\02 - Sharepoint 2010\SnagIT Install SharePoint 2010\SNAG-010.jpg

Ensuite, l’assistant propose deux options d’installation :

v L’installation « Autonome » pour installer un serveur de manière automatique et autonome (vous ne pourrez pas ajouter de serveur par la suite). On utilise généralement cette configuration dans le cas des environnements de développement. Cette configuration est également utile si l’on déploie des petits sites et que l’on veut réduire les frais généraux.

v L’installation « Batterie de serveurs » permet d’installer un serveur ou une batterie de serveur de manière personnalisée en modifiant les paramètres lors de l’installation. Attention : En mode batterie il faut installer votre propre serveur SQL puisqu’il n’est pas installé automatiquement qu’en mode autonome. Cette configuration est utilisée lorsqu’on installe plusieurs serveurs avec des architectures n-tiers.

Description: D:\Mes documents\Hayward Pool Europe\02 - Systèmes\02 - Sharepoint 2010\SnagIT Install SharePoint 2010\SNAG-011.jpg

L’installation présentée ci-dessous est une installation « Autonome ».

Une fois l’installation lancée, l’écran suivant permet de suivre la progression de l’installation.

Description: D:\Mes documents\Hayward Pool Europe\02 - Systèmes\02 - Sharepoint 2010\SnagIT Install SharePoint 2010\SNAG-012.jpg

Une fois l’installation terminée, on peut exécuter l’assistant de configurations des produits et technologies SharePoint.

Description: D:\Mes documents\Hayward Pool Europe\02 - Systèmes\02 - Sharepoint 2010\SnagIT Install SharePoint 2010\SNAG-013.jpg

Cochez la case « Exécuter l’assistant… » et cliquez sur « Fermer » pour poursuivre.

Description: D:\Mes documents\Hayward Pool Europe\02 - Systèmes\02 - Sharepoint 2010\SnagIT Install SharePoint 2010\SNAG-014.jpg

Après être arrivé sur la page d’accueil de configuration des produits SharePoint, cliquez sur « Suivant » pour continuer.

Description: D:\Mes documents\Hayward Pool Europe\02 - Systèmes\02 - Sharepoint 2010\SnagIT Install SharePoint 2010\SNAG-015.jpg

L’assistant nous informe que certains services ont besoin d’être démarrés. Cliquez sur « Oui » pour accepter et que pour la configuration de SharePoint commence.

Description: D:\Mes documents\Hayward Pool Europe\02 - Systèmes\02 - Sharepoint 2010\SnagIT Install SharePoint 2010\SNAG-016.jpg

Description: D:\Mes documents\Hayward Pool Europe\02 - Systèmes\02 - Sharepoint 2010\SnagIT Install SharePoint 2010\SNAG-017.jpg

Cliquez sur « Terminer » pour fermer l’assistant et atteindre la page d’accueil de SharePoint. On est invité à choisir un modèle pour faciliter le déploiement de SharePoint. Une fois cette sélection effectuée, on va pouvoir administrer notre serveur SharePoint.

Administration de SharePoint 2010

3.1 Administration à l’aide de la console d’administration centrale

3.1.1 Créer un nouveau compte géré

Ouvrez la console d’administration centrale, allez dans le menu « sécurité ». Sous le menu « Sécurité générale », cliquez sur « configurer les comptes gérés ».

Sur la page suivante, cliquez sur « enregistrer le compte géré », entrez un nom d’utilisateur et un mot de passe, et validez avec « OK ».

Les comptes gérés : Microsoft SharePoint Foundation 2010 prend en charge la création de comptes gérés pour améliorer la sécurité et garantir l’isolation des applications.

À l’aide de comptes gérés, vous pouvez configurer la fonctionnalité de modification automatique des mots de passe pour déployer les mots de passe dans tous les services de la batterie de serveurs. Vous pouvez configurer les services et applications Web SharePoint, en cours d’exécution sur des serveurs d’applications dans une batterie de serveurs SharePoint, de manière à ce qu’ils utilisent différents comptes de domaine. Vous pouvez créer plusieurs comptes dans les services de domaine Active Directory, puis enregistrer ces comptes dans SharePoint Foundation 2010. Vous pouvez mapper les comptes gérés sur différents services et applications Web dans la batterie de serveurs. (Source : Microsoft Technet))

3.1.2 Création d’une application web

Vous allez créer votre premier site web SharePoint, pour cela allez dans l’administration centrale de SharePoint 2010 puis dans « Gérer les applications Web ».

Une fois dans l’administration des applications web, cliquez sur « Nouveau » pour en créer une nouvelle. Vous devez créer un nouveau site web IIS en entrant un nom de site, le numéro de port, et chemin d’accès.

Pour la configuration de la sécurité, le fournisseur d’authentification est NTLM, ne pas autoriser l’accès anonyme et ne pas utiliser le protocole SSL.

Choisissez de créer un nouveau pool d’application, vous devez aussi sélectionner le compte géré créé précédemment. Entrez le serveur de base de données ainsi que le nom de la base de données.

3.1.3 Création d’une collection de site web

Il faut se rendre dans l’administration centrale, et cliquez sur « créer une collection de site web ».

Entrez les informations requises comme le titre et la description, choisissez un modèle et entrez un nom d’utilisateur pour l’administrateur de la collection de site web.

Ø SPWebApp : Ceci représente une des bases de Sharepoint pour les sites Web. (WebApp IIS avec des binaires SharePoint + une base de données SQL)

Ø SPSite : Ceci représente une collection de sites dans une WebApp.

Dès lors que vous avez créé votre application web et votre collection de sites, vous pouvez naviguez sur votre site SharePoint.

A vous maintenant de modifier les composants web part pour ajouter de nouvelles fonctionnalités, vous pouvez aussi utiliser SharePoint Designer pour modifier l’aspect graphique de votre site. Vous devrez aussi ajouter des utilisateurs et des permissions pour qu’ils puissent accéder et visualiser votre site SharePoint.

3.2 L’outil Power Shell

3.2.1 D’où vient le Power Shell ?

Power Shell est désormais l’outil en ligne de commande pour administrer SharePoint 2010. Il remplace « STSADM.EXE », outil en ligne de commande des versions précédentes de SharePoint.

Power Shell a été inclus depuis SharePoint 2007 avec aucune commande mais la possibilité de créer ses propres commandes Power Shell et scripts pour SharePoint 2007.

Mais avec la version 2010 de SharePoint, l’utilisation de Power Shell pour l’administration est différente. Les commandes sont maintenant incluses (environ 500 alors que STSADM n’en possède que 185) et permettent ainsi le management via ce shell de SharePoint 2010. Toutes ces commandes peuvent être imbriquées/chaînées et scriptées de façon à créer une infinité de scripts et de commandes.

3.2.2 Power Shell et SharePoint 2010

Power Shell est un langage de script et un Shell interactif offrant une manière de traiter des tâches orientée commande.

En règle générale, Power Shell exécute toutes les commandes et scripts existants. Power Shell n’interprète pas les fichiers .bat ou .cmd, il les dirige vers cmd.exe pour les exécuter.

Description: warning La modification de variables d’environnements dans un script .cmd afin d’affecter l’exécution d’autres scripts n’est pas supportée dans Power Shell et c’est la seule incompatibilité à ce niveau.

Power Shell facilitera les tâches d’administration telles que la gestion du paramétrage des composants système imprimante, réseaux, IE, la création de comptes utilisateurs et les opérations associées…

Suite aux problèmes liés à la sécurité mis en évidence dans la Beta 1, Power Shell se base sur différents niveaux d’autorisation d’exécution. Par exemple avec le niveau AllSigned, seuls les scripts disposant d’une signature autorisée s’exécuteront.

Grace à Power Shell, on peut contrôler totalement SharePoint 2010 (et même son installation) avec les plus de 652 cmdlets regroupés par 2 types de commandes locales et globales. Les commandes locales permettent de gérer un seul serveur tandis que les commandes globales permettent de contrôler toute une ferme, par exemple des sites, de la maintenance (backup, restore,..) ou encore du contrôle et de la supervision.

3.2.3 L’utilisation de Power Shell

L’utilisation de Power Shell afin d’administrer SharePoint 2010 n’est pas obligatoire. L’administration centrale de SharePoint comporte toutes les tâches administratives et tous les paramètres des sites.

Alors pourquoi le Power Shell si un administrateur peut éviter de l’utiliser ?

Power Shell devient intéressant à utiliser dès lors que l’on veut exécuter plusieurs fois un processus ou même de multiples tâches (en même temps) lors d’important « batch ».

STSADM ne sera plus disponible, et sera entièrement supprimé dans les prochaines versions. Il est encore possible d’exécuter des commandes STSADM en ajoutant son répertoire dans les variables d’environnement système.

Power Shell est inclus en version 1.1 dans Windows Server 2008 et version 2 sur Windows Server 2008 R2. SharePoint 2010 nécessite la version 2, il demandera ainsi à mettre à jour Power Shell si vous n’êtes pas en version 2.

On notera l’existence du Microsoft SharePoint 2010 Management Shell, qui est par défaut l’interface de commande de SharePoint 2010. Cette console n’est en fait qu’un console Power Shell avec les commandes Power Shell de SharePoint préenregistrées et prêt à l’utilisation. Le fond d’écran de Power Shell standard est bleu alors que celui de SharePoint Management a un fond noir. Ils sont très similaires cependant seul le Management Shell pourra effectuer les commandes SharePoint sans avoir été configuré auparavant.

3.3 Administration avec Power Shell / Commande usuelles

Il y a 4 types basiques de commandes :

*New-SPWebApllication ».

Les fonctions qui peuvent contenir une ou plusieurs commandes pour accomplir une tâche et peut accepter des paramètres qui permettront la création de code réutilisable.

Les scripts qui sont une combinaison de combinaisons de commandes, de fonctions.

Les commandes natives qui sont les commandes exécutées en dehors du processus hôte. Exemple, Notepad est une commande native.

3.3.1 Lister les commandes SharePoint avec Power Shell

La cmdlet « Get-command » permet d’afficher toutes les commandes disponibles. Comme de nombreuses commandes, elle accepte des paramètres. Nous nous intéresserons aux commandes SharePoint 2010, on pourra grâce à un paramètre avoir cette commande « Get-Command -Module Microsoft.SharePoint.PowerShell ». Power Shell nous affichera alors toutes les commandes disponibles pour SharePoint.

On pourra dès lors rechercher parmi toutes ces commandes, des commandes plus spécifiques grâce aux paramètres « -noun » pour le nom et « -verb » pour le verbe.

Si l’on souhaite les commandes lié à une web application, on utilisera cette commande « Get-Command -Module Microsoft.SharePoint.PowerShell -noun SPWebApplication » et si on veut les commandes pour les backups par exemple, on exécutera la commande suivante « Get-Command -Module Microsoft.SharePoint.PowerShell -verb Backup ».

3.3.2 Obtenir de l’aide

Obtenir de l’aide, des informations sur une commande avec « Get-Help » qui est une cmdlet standard de Power Shell.

3.3.3 Création d’un compte géré

$cred = Get-Credential New-SPManagedAccount -Credential $cred

Récupération des credential dans la variable « cred » et création d’un compte géré avec cette variable.

3.3.4 Créer une application web

New-SPWebApplication -Name

Création d’une application web en fournissant le nom (-name), le nom du pool (-ApplicationPool), le compte pour le pool d’application (-ApplicationPoolAccount), le port et l’URL.

3.3.5 Créer une collection de site

Get-SPWebTemplate $template = Get-SPWebTemplate ” -OwnerAlias “<domain\user>” -Template $template “>

Cet exemple récupère la liste de tous les modèles de sites disponibles, puis crée une collection de sites à l’aide du modèle Site d’équipe.

3.3.6 Sauvegarder une batterie de serveur

Backup-SPFarm -Directory c:\backup -BackupMethod {Full | Differential} [ -Verbose]

Cet exemple permet de faire une sauvegarde de la ferme dans le répertoire « backup » avec une méthode complète (pour la méthode différentiel, vous devez faire une complète au préalable).

3.3.7 Restaurer une batterie de serveur

Restore-SPFarm -Directory c:\backup -RestoreMethod Overwrite [-BackupId <GUID>]

Cet exemple permet de faire une restauration de la ferme, sauvegarde sui se trouve dans le répertoire « backup » avec une méthode d’écrasement. Le paramètre « -backupid » permet de spécifier la sauvegarde à utiliser. Pour afficher les sauvegardes de la batterie de serveurs, tapez la commande suivante et appuyez sur Entrée :

Get-SPBackupHistory -Directory c:\backup -ShowBackup [-Verbose]

Si vous ne spécifiez pas le paramètre BackupId, la sauvegarde la plus récente sera utilisée.

Attention : Vous ne pouvez pas utiliser une sauvegarde de configuration uniquement pour restaurer les bases de données de contenu avec la configuration.

Une fois la restauration terminée, vous devez redémarrer les services avec la commande suivante :

Start-SPServiceInstance

3.3.8 Ajouter une base de données de contenue

New-SPContentDatabase -Name <ContentDbName> -WebApplication <WebApplicationName>

Cela permet d’ajouter une base de données de contenu à une application web.

Conclusion

Ainsi, avec la sortie de la version 2010, la plateforme Microsoft SharePoint, a déjà largement été adoptée par les entreprises et administrations. Elle se positionne désormais comme un véritable ambassadeur dans la plupart des entreprises.

Force est de constater que depuis le lancement de la version 2007, les acteurs économiques et les administrations se sont massivement tournés vers cette solution afin de répondre à leurs différents besoins en matière de travail collaboratif mais également de gestion de contenu. La gestion de contenu, à très forte valeur ajoutée, sera désormais le sésame des fournisseurs de solutions ECM (fonctionnalités d’Enterprise Content Management) qui pourront apporter des réponses métiers à leurs clients (grâce à la gestion des projets ECM les plus complexes et les processus métiers qui y sont associés).

Ces nouvelles offres construites directement sur la plateforme apporteront une véritable richesse métier telles que la dématérialisation, la gestion des dossiers d’affaires ou encore la conformité réglementaire. Certaines solutions ont été envisagées : rapprocher le contenu non structuré du métier, optimiser les processus de traitement du document, aborder les aspects liés à la conformité au travers de l’archivage électronique à valeur légale ou à valeur probante. Les utilisateurs qui s’occupent quotidiennement des applications métiers (les applications de gestions comme l’ERP, les outils de messagerie, ou le poste de travail de l’utilisateur) auront l’enjeu l’accès et le dépôt des documents directement dans la plateforme SharePoint en évitant le risque d’un silo documentaire par métier.

Par ailleurs, les outils destinés à constituer des réseaux sociaux sont devenus bien adaptés aux usages des consommateurs, les fonctionnalités de profilage sont bien meilleures, notamment dans le support des blogs, des wikis, des tags et des fils d’information (feeds). D’autres améliorations importantes sont à souligner : l’arrivée d’un client offline, SharePoint WorkSpace, basé sur la technologie Groove acquise par Microsoft en 2005, de nouvelles fonctionnalités destinées aux développeurs, l’intégration avec la gamme d’applications business et des améliorations dans la recherche et la gestion documentaire.

Evidemment, de nouvelles offres en matière de « nettoyage » et de transformation de donnée devraient émerger à l’avenir. Microsoft SharePoint 2010, qui permet d’accroître la productivité, sera considéré comme un choix stratégique important pour les clients qui n’ont pas encore adopté la plate-forme ou encore considéré comme un logiciel nécessaire et obligatoire pour les entreprises.

A n’en pas douter, SharePoint 2010 est vu comme une des technologies les plus avancées sur le marché et nous devrions rapidement voir de nouveaux projets.

Références

*https://fr.wikipedia.org/

*https://technet.microsoft.com/fr-fr/default.aspx

*https://www.sharepointquebec.org/default.aspx

*https://msdn.microsoft.com/fr-fr/office/default.aspx

*https://www.mslive.fr/

*SharePoint 2010 Administration” de Todd Klindt, Shane Young et Steve Caravajal

*