Gemini : PowerPivot & SSAS

Description: C:\Users\Thomas\Desktop\SGES\BIDS\BIDS avec réponse\greenshot_2010-03-07_15-58-47.png

Le projet portant le nom de code Gemini a pour nom « commercial » PowerPivot.

PowerPivot est un outil d’analyse en mémoire et il se veut être innovant.

Car PowerPivot, qui n’est qu’autre qu’un add-in d’Excel, permet aux utilisateurs fonctionnelles, proches du métier et friands du tableur de Microsoft, d’avoir une plus grande autonomie dans la constitution d’analyse multi dimensionnelle avec des sources différentes.

Techniquement l’utilisateur de PowerPivot va se connecter à un cube multidimensionnel (cube analysis services) et de créer sa propre analyse dans Excel. Il pourra également intégrer dans son analyse d’autres données non présente dans l’entreprise (out of the box) provenant de sources différentes (fichier personnel, mail, tableau sur internet, flux RSS etc.).

Il peut par la suite publier son analyse sur un portail SharePoint. L’IT quant à lui peut visualiser, grâce à ses rapports, la popularité de l’analyse créée par cet utilisateur. Il peut ainsi mettre en place un procédé afin d’intégrer le document généré dans le système d’information actuel.

Un point sur lequel PowerPivot ne bronche pas, concerne le volume de données traité dans Excel. En effet un utilisateur pourra analyser des millions de lignes directement et effectuer des calculs à la volée. Cela est rendu possible car l’ensemble des données venant d’un cube OLAP par exemple est transféré et stocké en mémoire sur le poste de l’utilisateur.

Description: C:\Users\Thomas\Desktop\SGES\BIDS\BIDS avec réponse\greenshot_2010-03-07_16-35-10.png

Description: C:\Users\Thomas\Desktop\SGES\BIDS\BIDS avec réponse\greenshot_2010-03-07_23-29-36.png

On note également l’apparition d’un nouvel outil de filtrage des données appelé ‘slicer’, qui nécessite l’add-in powerpivot pour fonctionner correctement. Les slicers permettent de visualiser les membres d’un champ et de filtrer les données en sélectionnant un ou plusieurs de ces membres. On peut assimiler un slicer à une liste de sélection.

Lien :

Reporting : Et la cartographie fût !

Description: C:\Users\Thomas\Desktop\SGES\BIDS\BIDS avec réponse\greenshot_2010-03-07_23-38-50.pngLa restitution de l’information s’appuie sur la création de rapports. Avec Report Builder 3 le reporting va connaitre un nouveau type de rapport : la cartographie.

Le principe de « masshup » a été implémenté, cela dynamiser davantage la création de rapport.

Car on va pouvoir créer des rapports en récupérant des « bout s » de rapport existants cela souligne l’aspect important de la collaboration.

Report Builder 3 possède de nouveaux composants graphiques pour la visualisation des données. Auparavant on avait les jauges et les graphiques désormais on pourra intégrer les cartes (vous le savez déjà J) mais aussi des barres de données, des Sparklines (graphique dans un texte) et des indicateurs.

Description: C:\Users\Thomas\Desktop\SGES\BIDS\BIDS avec réponse\greenshot_2010-03-07_23-41-30.png

Aucun changement

Le Business Intelligence Development Studio autrement dit “BIDS”.Business Intelligence Development Studio est un environnement intégré qui permet de développer des constructions Business Intelligence, telles que des cubes, des sources de données, des rapports et des packages Integration Services.

Les développeurs risquent d’être déçus avec cette version de SQL Server. Pour l’instant l’environnement de développement BIDS, sera toujours basé sur le VSTA, de Visual Studio 2008 et non sur celui de 2010.

De plus SSIS (SQL Server Integration Services) qui est une plateforme qui permet de créer des solutions de transformation de données et d’intégration de données au niveau de l’entreprise ne connait pas de changements.

Data warehousing

Le data warehouse étant le cœur d’un système décisionnel, Microsoft rend SQL Server plus performant dans son rôle d’entrepôt de données principales. Deux grandes nouveautés débarquent avec SQL Server 2008 R2, le Complex Event Processing et le Parallel Data warehouse.

Ces deux technologies associées augmentent les performances de SQL Server 2008 R2.

Le CEP (Complex Event Processing) va permettre le traitement en temps réels de gros volumes de données, rendant possible l’analyse BI en temps réel. Tandis que le Parallel Data Warehouse va accélérer les traitements de requêtes tout en gérant un plus grand volume de données (10 à 100 Téraoctets).

décisionnel sur un petit nuage

Les offres SasS se diversifient et touchent également les bases de données.

Il est possible avec SQL Azure d’avoir des bases de données dans le Cloud. Pour l’instant il s’agit du moteur de base de données, d’ici peu l’ensemble des services de SQL Server 2008 R2 sera en transit sur le Cloud.

On peut se connecter à un portail pour gérer ses bases de données distantes, mais on peut également utiliser SQL Server Management Studio pour s’y connecter grâce à une chaine de connexion spécifique et vos identifiants.

SSIS jouera un rôle important afin d’extraire, transformer des données pour ensuite les charger dans une base de données SQL Azure via le composant ADO.Net.

La version actuelle de SQL Azure ne supporte pas SSAS et SSRS, mais leur intégration dans le Cloud est prévue. Ne vous étonnez donc pas de faire de l’analyse multi dimensionnelle et du reporting en mode Cloud.

Toute ses nouveautés sont fort alléchantes, mais pour les essayer il nous faudra tout d’abord installer SQL Serveur 2008 R2. Ce que nous allons voir dans la partie suivante de cet article.

Pré-requis ET Installation de SQL serveur 2008 R2

Introduction

SQL Server 2008 R2 fournit une plate-forme de données d’entreprise plus sécurisée, plus fiable et plus facile à administrer.

L’installation n’est pas chose compliquée. Nous allons voir tout d’abord la configuration minimale requise.

Configuration minimale requise

La configuration minimale requise est la même que pour l’installation de Windows Serveur 2008 R2 mise a part pour l’espace disque.

Composant Exigence
Processeur • Minimum : 1 GHz (processeur x86) ou 1,4 GHz (processeur x64) • Recommandé : 2 GHz ou plus rapideRemarque : un processeur Intel Itanium 2 est requis pour Windows Server 2008 pour les systèmes Itanium

Pour l’utilisation avec Hyper-V il est recommandé d’être équipé d’un ou plusieurs processeurs multi-cœurs.

Mémoire • Minimum : 512 Mo de RAM • Recommandé : 2 Go de RAM ou plus • Maximum (systèmes 32 bits) : 4 Go (Standard) ou 64 Go (versions Enterprise et Datacenter) • Maximum (systèmes 64 bits) : 32 Go (Standard) ou 2 To (versions Enterprise, Datacenter et systèmes Itanium)
Espace Disque disponible • Minimum : 2 GoRemarque : les ordinateurs de plus de 16 Go de RAM nécessitent plus d’espace disque pour les fichiers de pagination, de veille prolongée et d’image mémoire
Lecteur Lecteur DVD-ROM ou CD-ROM
Ecran • moniteur Super VGA (800 x 600) ou de résolution supérieure

Il y est recommandé d’exécuter SQL Server 2008 R2 sur des ordinateurs dotés du format de fichier NTFS. Pour les mises à niveau vers SQL Server 2008 R2, les systèmes de fichiers FAT32 ne seront pas bloqués.

Composant requis

Composant Configuration requise
Framework Le programme d’installation de SQL Server installe les composants logiciels suivants requis par le produit :

• NET Framework 3.5 SP1

• SQL Server Native Client

• Fichiers de support d’installation de SQL Server

Logiciels Le programme d’installation de SQL Server nécessite Microsoft Windows Installer 4.5 ou une version ultérieure

Après avoir installé les composants requis, le programme d’installation de SQL Server vérifie si l’ordinateur sur lequel SQL Server 2008 R2 doit être installé est conforme à la configuration requise pour garantir la réussite de l’installation.

Logiciels réseau La configuration logicielle réseau requise pour les versions 64 bits de SQL Server 2008 R2 est identique à celle requise pour les versions 32 bits.

Les systèmes d’exploitation pris en charge possèdent un logiciel réseau intégré. Les instances par défaut et les instances nommées autonomes prennent en charge les protocoles réseau suivants :

• Mémoire partagée

• Canaux nommés

• TCP/IP

• VIA

Virtualisation SQL Server 2008 R2 est supporté par un environnement virtualisé mis en place avec Hyper-V. L’ordinateur virtuel doit exécuter un système d’exploitation pris en charge pour l’édition SQL Server 2008 R2 spécifique répertoriée ultérieurement dans cette rubrique.

En plus des ressources requises par la partition parente, chaque ordinateur virtuel (partition enfant) doit être fourni avec des ressources processeur, mémoire et disque suffisantes pour son instance de SQL Server 2008 R2.

Avec Hyper-V un maximum de 4 processeurs virtuels peut être alloué aux ordinateurs virtuels qui exécutent les éditions 32 et 64 bits de Windows Server 2008 SP2.

Un maximum de 2 processeurs virtuels peut être alloué aux ordinateurs virtuels qui exécutent les éditions 32 bits de Windows Server 2003.

Pour les machines virtuelle installées dans une première virtualisée, un maximum d’un processeur pourra être alloué.

Logiciel Internet Microsoft Internet Explorer 6.0 SP1 ou version ultérieure est requis pour toutes les installations de SQL Server 2008 R2. Internet Explorer 6.0 SP1 ou version ultérieure est requis pour la console MMC (Microsoft Management Console), SQL Server Management Studio, Business Intelligence Development Studio, le composant Concepteur de rapports de Reporting Services et l’aide HTML.

Sources :Microsoft MSDN

Installation de SQL serveur 2008 R2

Lors du lancement du setup nous tombons sur une fenêtre avec plusieurs choix pour une première installation sur la machine cliquons sur l’onglet Installation. Pour créer une installation de SQL Server, cliquez sur Nouvelle installation ou ajouter des fonctionnalités à une installation existante (« New installation or add features to an existing installation» pour la version anglaise).

Description: C:\Users\Dj£\Desktop\TUTO screenshot\2.Chois du type d'install.PNG

Après que l’installeur ait vérifié que toutes les règles sont supportées cliquer sur « ok ».

Nous tombons sur le choix du type d’installation s’il s’agit d’une édition gratuite ou la possibilité d’entrer un « clef produit » s’il s’agit d’une version acheté.

L’outil d’analyse de configuration système vérifie l’état système de votre ordinateur avant que le programme d’installation ne se poursuive.

Nous choisissons « Entreprise Evaluation ». Description: Z:\#Chat\9.png

Après avoir cliqué sur « suivant » vous aurez présenté les termes de License à lire et à accepter. Puis lancer l’installation en cliquant sur « Install » ou « Installer ».

L’outil d’analyse de configuration système vérifie l’état système de votre ordinateur avant que le programme d’installation ne se poursuive.

Description: Z:\#Chat\warning.pngAprès que l’installation se soit déroulée un « warning » apparait car il faut penser à créer une règle dans le firewall autorisant l’accès à distance ou bien désactiver son firewall mais cela est fortement déconseiller.

Une fois cette étape passée un choix doit être fait sur les rôles d’installation : soit une installation SQL serveur avec les options citées, soit une installation avec le service d’analyse et l’intégration SharePoint. Soit une installation complète avec les options par défaut.

Description: Z:\#Chat\10.png

Cliquez ensuite sur « suivant » pour passer à la page de sélection des fonctions.

Dans la page Sélection de fonctionnalités, sélectionnez les composants que vous voulez installer. Une description de chaque groupe de composants apparaît dans le volet droit après que vous ayez sélectionné le nom de la fonctionnalité. Vous pouvez activer n’importe quelle combinaison de cases à cocher. Pour plus d’informations, consultez .Une petite description s’affiche sur le tableau de droite lorsque l’on clique sur la fonction désirée.

Description: Z:\#Chat\11.png

Instance features

Les fonctionnalités serveur sont isolées des autres et ont leurs propres ruches dans la base de registre. Elles supportent plusieurs instances par ordinateur.

Shared features

Quelques fonctions partagées sont partagées à travers toutes les versions de SQL Server sur un ordinateur. Elles sont utilisées seulement par les cas multiples de la même version de SQL Server pour la majeurs partie d’entre elles, d’autres sont partagées seulement à travers des cas de version mineurs (secondaires).

Redistribuable features

Les fonctions partagé et redistribuable de SQL Server sont installées si besoin telle que : Error and Usage Reporting, SQL Server Native Client, MSXML version 6.0, SQL Server Compact Workbench, SQL Server Compact Runtime, Sync Services for ADO.NET, and SQL Server Browser.

Description: Z:\#Chat\12.png

Dans la page Configuration de l’instance, spécifiez s’il faut installer une instance par défaut ou une instance nommée. Pour plus d’informations, consultez . Cliquez sur Suivant pour continuer.

-Instance ID — Par défaut le nom de l’instance est utilisé en tant qu’ID. Ceci est utilisé pour identifier les répertoires d’installation et les clés de Registre de votre instance de SQL Server. Tel est le cas pour les instances par défaut et les instances nommées. Pour une instance par défaut, le nom de l’instance et l’ID d’instance sont MSSQLSERVER. Pour utiliser un ID d’instance non défini par défaut, activez la case à cocher ID d’instance et entrez une valeur.

Remarque : Les instances autonomes classiques de SQL Server 2008 R2, qu’il s’agisse d’instances par défaut ou d’instances nommées, n’utilisent pas de valeur non définie par défaut pour la case à cocher ID d’instance.

-Répertoire racine de l’instance — Par défaut, le répertoire racine de l’instance est C:\Program Files\Microsoft SQL Server\100\. Pour spécifier un répertoire racine non défini par défaut, utilisez le champ fourni ou cliquez sur Parcourir afin de rechercher un dossier d’installation.

Tous les Service Packs et mises à niveau de SQL Server s’appliqueront à chaque composant d’une instance de SQL Server.

-Instances et fonctionnalités détectées — La grille affiche les instances de SQL Server qui se trouvent sur l’ordinateur où le programme d’installation s’exécute. Si une instance par défaut est déjà installée sur l’ordinateur, vous devez installer une instance nommée de SQL Server 2008 R2.

La page Espace disque nécessaire détermine si l’espace disque disponible sur votre disque est suffisant pour installer les fonctionnalisées que vous avez préalablement sélectionnées.

Description: Z:\#Chat\14.png

Dans la page de configuration du serveur (ou Server Configuration), l’onglet Service Accounts permet de spécifié les comptes de connexions aux services SQL. Le nombre de comptes varie en fonction des options sélectionnées précédemment. Vous pouvez attribuer le même compte de connexion à tous les services SQL Server ou configurer chaque compte de service individuellement.

Il est important d’éviter de lier des comptes administrateurs aux différents services, en effet cela engendrerai des failles de sécurité importantes.

Description: C:\Users\Joris\Desktop\SQLR2\TUTO screenshot\15.PNG

La page de configuration du moteur de base de données onglet Account Provisioning

(Database Engine Configuration) permet de définir le mode d’authentification ainsi que le /les administrateur(s) du serveur SQL.

Description: C:\Users\Joris\Desktop\SQLR2\TUTO screenshot\16.PNG

L’onglet Data Directories permet de changer les répertoires d’installation par défaut.

Par défaut le dossier racine sera situé dans C:\Programmes Files\Microsoft SQL Serveur\

De plus tous les dossiers et fichiers en lien avec les bases de données seront situé dans :

C:\Programmes Files\Microsoft SQL Serveur\MSSQL10_50.MSSQLSERVER\MSSQL\Data.

Avec une petite différence pour le dossier de backup :

C:\Programmes Files\Microsoft SQL Serveur\MSSQL10_50.MSSQLSERVER\MSSQL\Backup

Description: C:\Users\Joris\Desktop\SQLR2\TUTO screenshot\fileStream.png

L’onglet FILESTREAM permet d’activer ou désactiver la fonction Filestream qui est un système particulier de stockage de fichiers (de type blob) dans la base de donnée il intègre aussi des fonctions relatives à ce système pour plus d’information cliquez .

Description: C:\Users\Joris\Desktop\SQLR2\TUTO screenshot\19.PNG

Sur la page de configuration des services d’analyse vous aurez à choisir les compte ayant les droit d’administrateur (il en faut au moins un).

Description: Z:\#Chat\20.png

La page Reporting Service Configuration  permet de sélectionner le type d’installation du service de gestion de rapport. Pour plus d’informations cliquer .

Description: Z:\#Chat\21.png

L’outil d’analyse du système vérifiera à l’aide d’autres règles l’entière compatibilité de votre système en fonction des options s’SQL serveur que vous aurez sélectionné.

La page suivante vous donne un résumé en forme d’arborescence des options d’installations dans l’ordre ou elles seront installées.

Description: C:\Users\Dj£\Desktop\TUTO screenshot\22.PNG

Cliquez sur Installer pour lancer l’installation.

A la fin de celle-ci une page avec un lien sur un fichier de résumé de l’installation vous est proposée.

N.B : pour une liste des problèmes connus veuillez le site MSDN en cliquant .

Top of Form 1

Après avoir installé notre SQL Serveur 2008 R2, nous allons voire tout d’abord les outils principaux qui seront utiliser pour gerer les bases de données et surtout découvrir les outils en relations avec la business Intelligence.

Découverte De

Business Intelligence Development Studio et SQL Server Management Studio

Introduction à Business Intelligence Development Studio

Business Intelligence Development Studio est un add-in a Visual Studio 2008, il permet de créer des projets de types spécifiques à SQL Server Business Intelligence

Page de démarrage

Au lancement de Business Intelligence Development Studio la page de démarrage se trouve au centre de la fenêtre du logiciel similaire à la page de démarrage de Visual Studio. Cette page affiche donc les projets récemment ouvert et/ou créés, des liens d’aide vers MSDN, des articles techniques, un lien pour la création et l’ouverture de projets, et d’autres ressources intéressantes.

Description: C:\Users\Joris\Desktop\SQLR2\Bussiness Intelligence\start pageJPG.JPG

Outils dans Windows in Business Intelligence Development Studio

Business Intelligence Development Studio contient un ensemble de fenêtre pour toutes les phases de développement et de management d’un projet. Par exemple, BIDS (Business Intelligence Development Studio) inclus des fenêtres pour gérer de multiples projets à la fois et de modifier les propriétés de n’importe quel objet dans l’un des projets. L’image suivante montre l’affichage de par défaut lors de l’ouverture d’un projet.

Description: C:\Users\Joris\Desktop\SQLR2\Bussiness Intelligence\Capture 2.JPG

La zone de travail de BIDS est constituée principalement de quatre fenêtres :

· L’explorateur de solution.

· La fenêtre des propriétés

· La fenêtre de la boite à outils

· La barre des menus

· La fenêtre designer

L’emplacement des fenêtres peut être modifié à la guise de l’utilisateur.

Explorateur de solution

Ici, il est possible de gérer les différents projets ouvert dans une unique fenêtre. L’explorateur de solutions présente la solution active dans un container logique pour un ou plusieurs projets, et inclue tous les objets associé avec les projets. Il est possible de modifier directement les propriétés des objets et de réaliser d’autres taches de gestion directement à partir de cette vue.

Pour accéder à l’explorateur de Solution, cliquer sur Explorateur de Solutions dans le menu Vue.

Fenêtre des Propriétés

Cette fenêtre liste les propriétés d’un objet. Elle permet d’afficher et de modifier les propriétés d’un objet.

Pour accéder à la fenêtre des propriétés, cliquer sur Fenêtre Propriétésdans le menu Vue.

Boîte à outils

La boite à outils affiche une variété d’objets utilisable dans des projets de business Intelligence . Les onglets and les outils peuvent varier selon le type de « designer » ou d’éditer en cours d’utilisation.

Pour accéder cliquer sur Boite à outils dans le menu Vue.

Le Designer

C’est dans cette fenêtre que l’on crée et modifie les objets liés au business intelligence. Le designer vous donne deux vue différentes d’un objet : la représentation graphique de l’objet et le code de programmation de celui-ci.

Lorsque vous ouvrez un projet, la fenêtre de Design n’est pas ouverte automatiquement, il est nécessaire de sélectionner un objet.

On se rend bien compte ici que l’environnement est le même que celui de Visual Studio. Les habitués de ce logiciel n’auront aucun problème pour s’adapter.

Introduction à SQL Server Management Studio

SQL Server Management Studio est un environnement intégré qui permet d’avoir accès, de configurer, de gérer, d’administrer et de développer tous les composants de SQL Server. Ce composant associe un groupe d’outils graphiques à des éditeurs de script performants pour permettre aux développeurs de tous les niveaux de compétence d’avoir accès à SQL Server.

Description: C:\Users\Joris\Desktop\SQLR2\Bussiness Intelligence\management serveur.JPG

Langage Utilisé

Pour les requêtes, SQL Server utilise T-SQL (Transact-SQL), il s’agit d’une implémentation de SQL qui prend en charge les procédures stockées et les déclencheurs (trigger). Le T-SQL est incompatible avec le PL/SQL d’Oracle.

Compatibilité descendante avec SQL serveur 2000

SQL Server 2005 a introduit de nouveaux outils pour la gestion de SQL Server. SQL Server Management Studio remplace SQL Server Enterprise Manager, l’Analyseur de requêtes SQL, l’exemple d’application MDX et certaines fonctionnalités d’Analysis Manager. SQL Server 2000 Enterprise Manager et l’Analyseur de requêtes SQL ne peuvent pas être utilisés pour gérer des versions plus récentes.

Fichiers des bases de données

Les bases de données sont contenues physiquement dans des fichiers. Les fichiers portent généralement les extensions :

-MDF (Main Database File) pour le premier fichier de données

-NDF (Next Database File) pour les autres fichiers de données

-LDF (Log Database File) pour les fichiers du journal de transaction

Objets de la base de données

Les objets contenus dans les bases de données sont assez similaires aux Objets que l’on retrouve en PL/SQL :

Des tables de deux types différents. Les tables systèmes permettant le bon fonctionnement de la base de donnée et les tables utilisateurs contenant les données utilisateurs

– Les vues. Elles sont utilisées de la même façon qu’une table et permet d’avoir un affichage personnalisé. Par exemple afficher le contenu de plusieurs tables côte à côte.

– Les Index.

L’indexation dans SQL est assurée de deux manières : l’indexation des données relationnelles et l’indexation globale qui porte sur des textes (permettant des recherches plain text) ou des documents XML (accélérant les requêtes XQuery/XPath).

-Déclencheurs (trigger). Un déclencheur contient du code s’exécutant lorsqu’une condition requise est atteinte.

 L’explorateur d’objets

Description: C:\Users\Joris\Desktop\SQLR2\Bussiness Intelligence\SqlServerManagementStudioComment.jpgComposant de SQL Server Management Studio, l’Explorateur d’objets se connecte aux instances du Moteur de base de données, à Analysis Services, à Integration Services, à Reporting Services et à SQL Server Compact 3.5 SP1. Il permet d’afficher tous les objets sur le serveur et offre une interface utilisateur pour les gérer. Les fonctionnalités de l’Explorateur d’objets varient légèrement selon le type de serveur. Il contient toutefois des fonctionnalités de développement pour les bases de données et des fonctionnalités de gestion pour tous les types de serveurs et se trouve par défaut à gauche dans la fenêtre principale. ( de l’image ci contre)

La fenêtre d’affichage

La fenêtre d’affichage, situé au centre de l’écran permet d’avoir une vision des objets contenus dans la base de donnée, comme par exemple une table contenue dans une base de donnée. De plus les propriétés de l’objet seront affichées au dessous avec la possibilité à l’utilisateur de les modifier.

SourceDescription: C:\Users\Joris\Desktop\SQLR2\Bussiness Intelligence\popo.jpg

Comme nous avons vu la business Intelligence à la part belle dans cette version d’SQL Serveur 2008 R2. Mais il existe aussi des nouveautés concernant les bases de données, comme les Data-tier Application. Ce que nous allons voir dans la partie suivante.

SQL Server 2008 R2: Data-tier Application Components (DAC)

Introduction

Le Data-tier Application Components (DAC) est une entité qui contient tout ce dont une application peut avoir besoin : (tables, vues, fonctions, procédures, logins …). Une sorte de fichier MSI. La réelle avancé vient de fait de la simplification de la sauvegarde de la base de donnée ainsi que pour la centralisation des données en vu de déploiement d’une application.

Extraction de Data-tier Application Components

Description: C:\Users\Joris\Desktop\SQLR2\DAC\Capture.JPG Nous allons voir que la création d’une data-tiers application est relativement simple. Il suffit de bien comprendre les étapes de sa création.

Dans l’Explorateur d’objets, connectez-vous à une instance du moteur de base de données SQL Server, puis développez-la.

Ensuite il vous faudra cliquer droit sur la base de donnée à extraire (ici « Supinfo »), un menu déroulant va alors apparaitre. Choisir tasks ou tâches selon la langue. Les utilisateurs de Serveur 2008 remarquerons un nouveau champ : Extract Data-tiers Application, c’est celui que nous allons sélectionner.

Description: C:\Users\Joris\Desktop\SQLR2\DAC\Menu Déroulant.JPG

Une nouvelle fenêtre se nommant « Introduction » s’ouvre vous expliquant quels sont les étapes à suivre pour extraire une data-tiers application.

· Sélectionner les propriétés de la DAC

· Revoir les dépendances des objets et valider le résultat

· Construire le package DAC

Notons qu’il est possible de ne pas montrer se message à chaque extractions en cochant la case dédiée. Il ne reste plus qu’a cliquer sur next (suivant).

Description: C:\Users\Joris\Desktop\SQLR2\DAC\Introduction.JPG

Ici nous avons trois champs à remplir dont deux obligatoire qui sont remplies automatiquement par l’assistant :

· Le nom de l’Application

· La version

Il est recommandé d’ajouter une description pour plus de visibilité et de clarté lors d’un déploiement futur dans SQL Serveur Management Studio . Un quatrième champ donne l’emplacement de sauvegarde du package DAC qu’il est possible de modifier. Pour avancer cliquons sur Next.

Notez l’extension des fichiers .dacpac. Ce fichiers ne sont pas “lisibles” qu’avec SQL Server Management Studio,il serait interressant que les utilisateur de Visual Studio puisse y avoir accès.

Description: C:\Users\Joris\Desktop\SQLR2\DAC\Set Properties.JPG

Une barre vous indiquera la progression de la vérification et validation de votre DAC Description: C:\Users\Joris\Desktop\SQLR2\DAC\Validation and summary.JPG

Une fois cette opération terminée. Il vous est proposé un résumé ou sommaire de votre DAC avec ses propriétés et ses objets. Trois types d’objets sont discernables :

· Les objets supportés

· Les objets supportés avec avertissement

· Les objets non supportés

Voici un tableau récapitulatif des objets supportés :Description: C:\Users\Joris\Desktop\SQLR2\DAC\supportés.png

Le sommaire : Description: C:\Users\Joris\Desktop\SQLR2\DAC\summary.JPG

L’étape suivante sera la création de votre DAC vous n’avez rien d’autre à faire que de cliquer sur suivant un patienter. Il est possible de sauvegarder un rapport en sélectionnant « Sauvegarder rapport » ou « Save Repport »

Description: C:\Users\Joris\Desktop\SQLR2\DAC\succes.JPG

Si tout c’est passé correctement le résultat sera : Succès !

Nous venons de voir comment extraire une DAC, ce qui ne pose aucunes difficultés.

 Déploiement d’une DAC

Le déploiement est presque aussi simple que l’extraction que nous venons de voir.

Dans l’Explorateur d’objets, connectez-vous à une instance du moteur de base de données SQL Server, puis développez-la. Sélectionner Management puis cliquer droit que Data-tier application. Un menu apparait alors, sélectionner « Deploy Data-tiers Application… »

Description: C:\Users\Joris\Desktop\SQLR2\DAC\Deploy Data-tier.JPG

Une nouvelle fenêtre se nommant « Introduction » s’ouvre vous expliquant quels sont les étapes à suivre pour déployer une data-tiers application.

· Sélectionner le Package DAC

· Revoir et valider les politiques du serveur, si elles existent

· Configurer le déploiement

· Revoir la sélection

· Déployer la DAC

Notons qu’il est possible de ne pas afficher se message à chaque déploiement en cochant la case dédiée. Description: C:\Users\Joris\Desktop\SQLR2\DAC\Introduction deploy.JPG

La page suivante concerne la sélection du package à déployer. Il suffit simplement de donner l’emplacement du fichier .dacpac qu’il serait intéressant de stocker, lors d’un déploiement, sur un emplacement réseau.

Une fois le fichier sélectionner son nom sa version et l’éventuelle description s’affiche dans la partie DAS details de la fenêtre.

Description: C:\Users\Joris\Desktop\SQLR2\DAC\select DAC package.JPG

Après avoir cliqué sur next. Une vérification du package est réalisé automatiquement.

Après cette courte procédure, vous avez la possibilité de changer le nom d’origine de la base de données ainsi que le chemin d’emplacement des données et des fichiers de log.

Description: C:\Users\Joris\Desktop\SQLR2\DAC\update.JPG

L’étape suivante est un sommaire récapitulatif des propriétés de la DAC ainsi que des propriétés de la base de données.

Description: C:\Users\Joris\Desktop\SQLR2\DAC\somaire.JPG

Nous voici à la dernière étape : le déploiement.

Il suffit de cliquer sur « next » , les actions seront réalisée automatiquement. En cas d’échec, cliquer sur « failure » dans la colonne Results.

Description: C:\Users\Joris\Desktop\SQLR2\DAC\gagné.JPG

Il est possible de sauvegarder un rapport en sélectionnant « Sauvegarder rapport » ou « Save Repport ».

Nous venons de voir comment déployer une DAC. On peut donc conclure que Microsoft à vraiment fait des efforts sur la facilité d’utilisation, que se soit pour extraction ou le déploiement de ces packages.

Que serait un serveur s’il ne pouvait pas être surveillé, plus particulièrement les basés de données et les Data-Tiers Applications. Microsoft à aussi apporté des nouveautés dans le monitoring des Instances de SQL Serveur 2008 R2.

Les Bases de SQL Server Utility

Introduction

Server Utility est un composant de SQL Server Management Studio (SSMS). Il permet de se connecter à un moteur de Base de Données pour fournir un vue arborescente de tous les objets dans SQL Server Utility. Le volet Utility Explorer propose plusieurs méthodes pour afficher des données détaillées et des sommaires, ainsi qu’une interface utilisateur pour visualiser et gérer les définitions de la politique (policy). De plus un outil de monitoring très visuel est aussi disponible. En outre c’est un utilitaire très pratique dont nous allons découvrir le fonctionnement.

 Création de l’Utility Control Point (UCP)

L’Utility contrôle point (UCP) est une nouveauté comparable à un tableaux de bord permettant d’afficher différentes vues en relation avec les donnée d’une instance d’un serveur local et/ou distant. Le rôle de l’UCP est d’aller collecter les informations que l’utilisateur demandera à consulter et dans certains cas modifier.

Il faut tout d’abord ouvrir SQL Server Management Studio, dans la barre des menus (en haut de la fenêtre) ouvrir le menu « View » et sélectionner Utility Explorer.

Description: C:\Users\Joris\Desktop\SQLR2\Server Utility\view.png

Un volet s’ouvre alors du coté gauche de la fenêtre principale intitulé « Utility explorer ». De plus l’affichage du centre de la fenêtre à considérablement changé. Sélectionné soit l’icon du volet comme dans l’image suivante :

Description: C:\Users\Joris\Desktop\SQLR2\Server Utility\create UCP.png

Soit « create Utility Control » au centre de la fenêtre ce qui revient au même. Le but étant de lancer l’utilitaire de création d’un UCP.

Description: C:\Users\Joris\Desktop\SQLR2\Server Utility\Create....JPG

Après avoir cliqué sur l’un ou l’autre des boutons, l’utilitaire de création d’UCP démarre.

La première page sera une introduction expliquant les quelques étapes nécessaire à la création de l’UCP :

· Spécification de l’instance de SQL Serveur sur laquelle l’UCP sera créé.

· Spécification du compte pour démarrer la collection des outils.

· Révision des pré-requis et résultats de l’étape de validation.

· Révision de vos sélections

· Création de l’UCP.

Notons qu’il est possible de ne pas montrer se message à chaque déploiement en cochant la case dédiée.

Description: C:\Users\Joris\Desktop\SQLR2\Server Utility\Introduction.JPG

Après avoir cliqué sur «Next » ou suivant nous voici sur la page intitulées « Specify Instances ». Il faut ici choisir l’instance SQL que nous souhaitons monitorer. Pour ce faire, il suffit de cliquer sur «connect » et choisir l’instance SQL désirée. Le champ suivant permet de nommer l’UCP à la guise de l’utilisateur ici Supinfo Database Utility.

Description: C:\Users\Joris\Desktop\SQLR2\Server Utility\Specify.JPG

Après un autre « Next » la partie « Specify Account » doit être remplie. Vous pouvez, soit utiliser un compte déjà créé au préalable dans l’Active Directory. Soit le compte SQL Server. Nous allons ici utiliser un compte créé au préalable pour l’occasion. Il n’est pas recommandé d’attribuer un compte administrateur à une telle fonction, cela diminuerai la sécurité du serveur ainsi que du réseau complet.

Description: C:\Users\Joris\Desktop\SQLR2\Server Utility\Set account.JPG

L’étape suivante sera la validation de l’instance. En outre le programme va vérifier que tous les paramètres entré sont en adéquation avec la création d’un UCP.

Description: C:\Users\Joris\Desktop\SQLR2\Server Utility\Instance Validation.JPG

Problème fréquent :

Lors de l’installation de SQL server 2008 R2 le « SQL server Agent service » est, par défaut, réglé de façon à être démarré manuellement, ce qui engendrera un erreur à la ligne 9 « The SQL Server Agent must be started ». Pour y remédier voici la démarche à suivre :

· Appuyer sur les touches « Window » et «e » en même temps. Une boite de dialogue en bas à gauche de l’écran va apparaitre.

· Taper à l’intérieur de lu champ «open » « services.msc » et cliquer sur OK

Description: C:\Users\Joris\Desktop\SQLR2\Server Utility\Services.JPG

· Dans la fenêtre nouvellement ouverte rechercher la ligne SQL Server Agent et double cliquer dessus.

· Dans l’onglet général de cette interface changer le « Startup type » en « Automatic » puis cliquer sur « Start »

Description: C:\Users\Joris\Desktop\SQLR2\Server Utility\Agent Automatique.JPG

Après la manipulation précédente cliquer sur « Rerun Validation » dans la fenêtre de création de l’UCP. Vous devriez être en mesure de passer à l’étape suivante.

Ici nous avons un simple sommaire résumant le nom de l’intace SQL concernée, le nom de l’ « Utility » et le compte lié à celui-ci.

Description: C:\Users\Joris\Desktop\SQLR2\Server Utility\Summary.JPG

Après avoir cliqué sur Next, nous arrivons à l’étape de création qui se réalise de manière automatique.

Description: C:\Users\Joris\Desktop\SQLR2\Server Utility\Finish.JPG

Nous venons de créer un Utility Control Point avec succès. Dans la partie qui va suivre nous ferons un tour d’horizon de l’Utility Explorer.

L’Utility Explorer.

L’utility Explorer est un agréable outils de monitoring. Il est ainsi aisé de voir la charge CPU par machine (si celle ci héberge plusieurs instances SQL Server) et par instance. De même des indicateurs clairs permettent d’avoir une vue synthétique sur l’espace disponible dans les bases pour s’avoir s’il est suffisant ainsi que l’espace libre sur les disques.

La page centrale est un résumé très graphique sur l’état de santé général de vos instances de base de données ainsi que de vos Data-tiers Application. Vous donnant pour chacun leurs nombres ainsi que les ressources sur-utilisée et sous utilisées. Ainsi qu’un graphique d’occupation de disque dur dans le temps et un graphique de secteur représentant l’espace vide et l’espace utilisé sont présents. (Vous remarquerez que la vue utilisée ici semble un peu vide car nous ne sommes pas en utilisation réellement concrète de bases de données)

Description: C:\Users\Joris\Desktop\SQLR2\Server Utility\Utility Explorer.JPGDu côté gauche de la fenêtre, dans le volet Utility Explorer trois vue sont sélectionnables :

· Data-tiers Application

· Managed Instances

· Utility Administration

Les vues Data-Tiers Application et Managed Instances sont très similaire. Elles permettent d’avoir des informations sur L’utilisation du processeur, du stockage, des détails sur les politiques en vigueurs et les propriétés de l’instance ou de la Tiers-App sélectionnées.

Description: C:\Users\Joris\Desktop\SQLR2\Server Utility\Instance Propretieses.JPG

On peut noter les différents symboles qui suivent le nom de l’instance ; donnant en un bref coup d’œil l’état de l’instance ou de la Tiers-App.

La partie Utility Administration concerne les règles auxquelles sont soumis Instances et Tiers-App.

On retrouve 3 onglets :

· Policy ; qui concerne l’utilisation des ressources

· Security ; qui concerne les comptes utilisateur ayant accès au tableau de bord Server Utility.

· Data Warehouse ; qui concerne la période rétention des données pour l’utility management data warehouse (UMDW) voir ici

Description: C:\Users\Joris\Desktop\SQLR2\Server Utility\Utility Admin.JPG

Cet outils et particulièrement pratique pour le monitoring de vos serveurs SQL qu’ils soient en local ou sur le réseau. On peut rêver à imaginer dans une version future un balancement de charge entre les différents serveurs. Par exemple, transférer une instance sur un autre serveur en temps réel sans coupure du service…

Conclusion

SQL Serveur 2008 R2 est, on peut le dire, bien plus qu’une simple mise à jour de la version 2008. Même si les améliorations semblent mineures du côté relationnel, le décisionnel et le traitement de données sont totalement dignes d’une version majeure par l’ajout de nombreuses fonctionnalité qui deviendrons, nous en sommes persuadés, indispensable pour les grandes entreprises.